Actualités
vendredi 20 mars 2020
Le Silence et la peur, Nina Simone et l’Histoire noire-américaine dans un spectacle éclairé et éclairant
 
Actualités
mercredi 18 mars 2020
Quand la sculpture contemporaine s’empare du motif animal…
 
Actualités
mardi 17 mars 2020
Turner illumine le Musée Jacquemart André de ses peintures et aquarelles en provenance de la Tate
 
News spectacles : l'actu du spectacle vivant, du théâtre, de l'opéra

Palmarès un peu "pâlot" pour les Prix du Théâtre

La cérémonie de remise des Prix du Théâtre, remplaçant les Molières, suspendus depuis l'année dernière, a eu lieu dimanche soir avant le JT de France 2, réalisant un score d'audience peu convaincant et primant des pièces soit attendues, soit déjà récompensées par ailleurs.

On se souvient du feuilleton "molièresque" qui avait signé la suspension des Molières après que 29 directeurs de théâtres privés ont prononcés leur défection. Pour palier l'absence de cette cérémonie annuelle très attendue dans le milieu théâtral, un nouveau trophée a été mis en place avec l'ambition d'apporter un souffle nouveau à ce rituel télévisé réputé ennuyeux. Résultat : une remise des prix expédiée en 50 minutes avant le 20h de France 2 dimanche soir, pour se prolonger en soirée par une émission, "La Troupe d'un soir", composée de saynètes théâtrales interprétées par des têtes d'affiche dont Pierre Arditi, François Berléand, Charles Berling, Francis Huster, Jean-Pierre Marielle ou encore Gérard Jugnot. Des comédiens certes aguerris et talentueux mais pas de toute première jeunesse.

Rien de vraiment neuf donc, côté divertissement télévisé ni du côté des prix en eux-mêmes.

Des Fleurs pour Algnernon tire son épingle du jeu avec deux récompenses, et pas des moindres, celle du spectacle privé et du comédien pour Grégory Gadebois. Côté théâtre public, Joël Pommerat remporte la mise avec La Réunification des deux Corées. Rien de très surprenant. Le magnifique Clôture de l'amour signé et mis en scène par Pascal Rambert, repart avec le prix de l'auteur et celui de la comédienne pour Audrey Bonnet. Récompenses amplement méritées mais qui semblent arriver à retardement car le spectacle fut créé à Avignon en 2011.

Le Porteur d'histoire d'Alexis Michalik rentre bredouille alors que la pièce connaît un succès exceptionnel.

Coups de cœur pour L'Etudiante et Mr Henri ainsi que pour le duo père/fille de Romane et Richard Bohringer dans J'avais un beau ballon rouge. Robert Hirsch, actuellement à l'affiche du Père, reçoit un Prix d'Honneur et François Morel le prix de la comédie pour l'ensemble de sa Carte Blanche à la Pépinière Théâtre.

Quant au Prix de la mise en scène, c'est le spectacle de Jean Bellorini, Paroles gelées, d'après Rabelais, qui le décroche. Un prix mérité mais qui ressemble encore à du "réchauffé" car la pièce tourne depuis largement plus d'un an.

Conclusion : une cérémonie peu convaincante sur le fond autant que sur la forme qui reste encore à réinventer de l'intérieur mais surtout qui semble toujours aussi peu encline à refléter le panorama théâtral actuel.

Par Marie Plantin.

Réserver cet évènement Réserver cet évènement Réserver cet évènement Réserver cet évènement Réserver cet évènement Réserver cet évènement