Actualités
lundi 16 septembre 2019
Tiago Rodrigues et le tg STAN réinventent Anna Karenine aujourd’hui
 
Actualités
jeudi 12 septembre 2019
Théâtre de l’absurde et de la cruauté, le monde de Roger Ballen hante la Halle Saint-Pierre
 
Actualités
jeudi 12 septembre 2019
Smmmile Vegan Pop, le feel-good festival de la rentrée
 
base

Zabou Breitman, en grande forme, orchestre un quatuor de comédiens excellents

Le fou n’est pas toujours celui que l’on croit. Avec ce spectacle aussi tendre qu’aiguisé, Zabou Breitman aborde aux rives de la folie et nous glisse entres les murs d’un hôpital psychiatrique pour évoquer patients autant que soignants et brouiller les pistes avec une infinie douceur. Et témoigner qu’au fond, la frontière entre malade et bien portant n’est pas si étanche et que de la normalité à la folie et vice versa, il n’y a parfois qu’un pas. 
C’est une petite perle que ce spectacle émouvant, drôle et troublant, imaginé et conçu par Zabou Breitman qui en signe brillamment la mise en scène et le texte, globalement de son cru, né de l’observation sensible dont on la sait capable, et puisant çà et là dans ses lectures, du côté du répertoire dramatique (Tchekhov et Shakespeare), du documentaire (Ilan Klipper) ou chez l’humoriste Zouc pour citer quelques-unes de ses sources. Le titre en dit long, “Logiquimperturbabledufou”, il annonce la couleur et la saveur, l’humour sous jacent qui parcourt tout le spectacle et le motif qui le sous-tend et nourrit sa profondeur autant que sa drôlerie : la folie. Patients et soignants en sont les protagonistes interchangeables et le quatuor de comédiens qui les interprètent en changeant de rôle comme de chemise se révèle aussi savoureux que les répliques flegmatiques qu’ils échangent entre eux. Et multi-talents par dessus le marché puisque la variété de leur partition physique et musicale témoigne de l’étendue de leur savoir-faire. Antoine Chalon, Camille Constantin, Rémy Laquittant et Marie Petiot, tous ils sont formidables de bout en bout, surprenants constamment, dirigés avec une précision et une justesse qui forcent le respect. Et pourtant, le sujet était risqué et la caricature, le gros écueil à éviter, synonyme de condescendance. Mais le piège est évité haut la main et c’est un spectacle plein d’empathie, d’intelligence et de poésie, que cette dernière création scénique de Zabou Breitman.

La finesse est la caractéristique principale de ce spectacle qui interroge plus qu’il ne dénonce l’institution psychiatrique, l’enfermement des malades, la diversité de nos logiques de pensée, nos lois et règlements, la prise en charge et la liberté individuelle. Les scènes sont confondantes de naturel, on dirait des conversations sans retouche piochées à la source du réel mais si la fiction ici se pare de réalisme brut, Zabou Breitman n’en oublie pas néanmoins son goût pour le spectacle et ce qui va avec, costumes extravagants, intermèdes musicaux, saynètes décalées. Son sens du burlesque est évident et tombe à pic pour éviter à la pièce de sombrer dans des zones trop graves, voire douloureuses. Car Zabou nous rappelle sans cesse que nous sommes au théâtre et elle n’a que trop raison, la folie étant un terrain de jeu idéal à explorer, une friche pour l’imaginaire. Tirer les ficelles de nos névroses, aller voir de l’autre côté de la porte si nous y sommes, questionner la normalité et ce qui s’en échappe, aller voir du côté de la folie ordinaire et inviter celle d’"Alice au pays des merveilles” à pointer le bout de son nez, ne pas juger ni montrer du doigt les maladies mentales mais les embrasser avec empathie dans le grand tout qui fait de nous des êtres humains complexes et uniques.

Les scènes s’enchaînent dans une fluidité rondement menée, les dialogues s’écoutent avec gourmandise, les comédiens nous éblouissent et nous bouleversent, la bande son fonctionne à merveille et Zabou suscite une fois de plus notre admiration reconnaissante.

Par Marie Plantin

Logiquimperturbabledufou
Du 9 mai au 2 juin 2019
Au Théâtre du Rond-Point
2 Bis Avenue Franklin Roosevelt
75008 Paris
Réserver cet évènement