Diaporama
vendredi 20 juillet 2018
La Seine s’invite à la Conciergerie
 
Actualités
vendredi 20 juillet 2018
La Ferme du Bonheur en pleine Saison des Grâces
 
Actualités
jeudi 19 juillet 2018
Les Petites Reines à la conquête d’elles-mêmes
 
base

Retour dans la maison de Serge Gainsbourg grâce une expo photo

La Galerie de l’Instant expose les photos de Tony Frank, ami de Gainsbourg et photographe, qui a côtoyé le 5 bis rue de Verneuil, le dernier domicile du chanteur. Jusqu’à juin, images intimes d’hier et d’aujourd’hui dialoguent dans un jeu de présence et d’absence. 
Avouez qu’il est tout de même curieux de connaître et de mémoriser l’adresse du domicile d’une personnalité, surtout quand on n'y a jamais mis les pieds. Et pourtant, le 5 bis rue de Verneuil évoque pour la plupart d’entre nous la maison de Gainsbourg, sa demeure de la fin des années 60 jusqu’à sa mort en 1991. Et c’est cette adresse à la fois mythique, inaccessible tout en étant familière qui est au cœur d’une exposition à la Galerie de l’Instant. Au travers des photos de Tony Frank, la galerie invite le public à pénétrer symboliquement dans ce lieu privé empreint d’histoire(s) et de charge émotionnelle. Ami du chanteur, Frank expose jusqu’à juin ses clichés pris au 5 bis il y a plusieurs années et marqués par la présence d’un Gainsbourg de chair et d’os aux côtés de photos réalisées il y a un an dans ces mêmes lieux certes inhabités mais imprégnés pour toujours de l'âme du chanteur. 

L’exposition est un face-à-face qui confronte les souvenirs du passé au temps présent. Que reste-il de cette demeure où le chanteur a composé pendant plus de 20 ans et vécu aux côtés de ses compagnes (Jane Birkin, puis Bambou) et de ses enfants (Charlotte et Lulu Gainsbourg) ? Les années ont défilé mais rien n’aurait fondamentalement changé dans cette maison qui appartient désormais à Charlotte et que cette dernière a décidé de laisser “dans son jus”. Les photos de Tony Frank sont là pour en témoigner. Hier, aujourd’hui, son objectif se balade et se pose dans les différentes pièces de la maison. On peut alors s’amuser au jeu des 7 différences et reconnaître les fauteuils du salon, le bar placé dans un coin de la grande pièce et découvrir un portrait immense de Brigitte Bardot réalisé par Sam Levin que la première prise de vue ne laissait pas apparaître. Dans la chambre sombre et feutrée, on pénètre au plus profond de l'intimité de l’artiste dont il reste, outre une décoration majestueuse, une paire de Repetto blanches (le fameux modèle “Zizi”) disposée au pied du lit prête à être chaussée par son propriétaire. Et dans la cuisine, on est aussi frappé par ce jeu de présence-absence. En 1982, Gainsbourg est au centre de la pièce, cigarette dans une main, verre de vin dans l’autre. Aujourd’hui ne « restent de lui » que des bouteilles sans doute encore pleine ou ce petit réfrigérateur encastré et à la porte vitrée, à moitié rempli au cas où le fantôme du chanteur aurait une petite soif ou une fringale. Esprit (de Gainsbourg) es-tu là ?

Du 29/03 au 10/06/2018
A la Galerie de l’Instant
46, rue de Poitou
75003 Paris


Par Rita Carvalho
Réserver cet évènement