Actualités
lundi 15 juillet 2019
Déclaration d’amour au cirque, “5es Hurlants” éblouit la Scala
 
Actualités
jeudi 11 juillet 2019
Musiques en terrasse, les “jeudis-concerts” de Bercy Village
 
Diaporama
mercredi 10 juillet 2019
La mode vue de dos côtoie les sculptures de Bourdelle en une conversation qui confine au sublime
 
base

Quand le théâtre jeune public philosophe avec grâce

La Compagnie Tourneboulé fait escale à Paris actuellement et jusqu’au 1er mars avec “Comment moi je”, une création de Marie Levavasseur qui ressemble à un état de grâce. Un spectacle qui donne à réfléchir aux enfants, bouleverse avec légèreté et mélange les genres, marionnette, conte et musique avec virtuosité.
N’y allons pas par quatre chemins, ce spectacle est une merveille absolue. La dernière création de la Compagnie Tourneboulé se dévoile à Paris pour la première fois et c’est au Théâtre Dunois qu’elle tisse sa toile, son décor cocon qui enveloppe le public en prolongeant la scène au-delà de son cadre habituel. Signé Marie Levavasseur à la mise en scène et à l’écriture, le spectacle aborde des sujets philosophiques primordiaux autour de l’identité sans jamais être ni trop simpliste ni trop obscur mais à bonne température pour un jeune public capté, réactif et interpellé par le parcours de cette petite fille à peine née, abandonnée, qui apprend à grandir sous nos yeux au contact des autres.

Au milieu du plateau, un arbre, élément principal d’une très belle scénographie d’une infinie poésie, imaginée par Dorothée Ruge, qui fonctionne à partir de tout un réseau de fils tissés, laine tricotée et tissus déroulés, métaphores de la vie qui se déroule, des questions qui s’enfilent comme un collier de perles. Des petites lampes sont disposées un peu partout, comme des ponctuations douces et radieuses qui viennent éclairer l’obscurité de cette naissance sans repères, des îlots chaleureux dans le froid de l’hiver. D’emblée, on est séduit par l’atmosphère qui s’en dégage, l’aspect artisanal de ce décor qui distille ses matières textiles, bois et métal ensemble agencés, mixé à un sens du détail affûté. Il neige sur cette arrivée au monde originale, le personnage central étant une petite marionnette adorable et attachante, délicieusement manipulée par Justine Cambon (en alternance), vive, gracieuse et virtuose, qui lui donne vie, mouvement et voix, avec une aisance admirable. C’est au contact de Jean-Pierre, philosophe de son état (impeccablement interprété par Gaëlle Moquay - en alternance), que la petite fera ses premiers pas dans la compréhension et connaissance du monde qui l’accueille et l’entoure. Différents motifs sont abordés, toujours avec justesse et humour, l’amitié, la mort, la peur. Les contes classiques de l’enfance, terreau culturel commun, sont convoqués, “Blanche-Neige”, “Pinocchio”, “Alice au pays des merveilles”, “Le Petit Chaperon Rouge”... et réactivent différentes figures et problématiques : celle de Pinocchio et du mensonge, du loup et de la peur, des sept nains et de l’amitié…

La musique est assurée en live par Rémy Chatton (en alternance) à la contrebasse, au kazoo et autre. Il est intégré à l’histoire lui aussi, car ici rien n’est gratuit, tout se tient, fait sens et s’insère avec cohérence et délicatesse dans la dramaturgie d’ensemble. Plus discret que les deux autres, le musicien n’en est pas moins juste et plaisant que ses camarades de scène. Il taquine son instrument avec talent, jouant parfois directement sur le bois pour faire caisse de résonnance. Car “Comment moi je” oscille parfois du côté du théâtre d’objet sans se cantonner à un seul registre. C’est une pépite on vous dit, d’une richesse inouïe. Mention spéciale au texte, remarquable de finesse et d’humour qui dit beaucoup avec tact, jamais ne pèse et déploie dans un même mouvement poésie et philosophie. Du grand art pour les petits !

A voir à partir de 5 ans et sans limite d’âge

Par Marie Plantin

Comment moi je
Du 13 février au 1er mars 2019
Au Théâtre Dunois
7 Rue Louise Weiss
75013 Paris
Réserver cet évènement