Actualités
mardi 12 novembre 2019
Entre chien et loup : duo dansé pour jeune public par la Kivuko Cie
 
Actualités
samedi 09 novembre 2019
INTERVIEW - Adrien de Van et Valérie Dassonville pour la réouverture du Paris-Villette
 
Actualités
mardi 05 novembre 2019
Paris en toutes lettres, 10ème !
 
base

Les portraits de Denis Rouvre se dressent contre les violences faites aux femmes

On ne sort pas indemne de cette exposition qui résulte d’une collaboration fructueuse entre le photographe Denis Rouvre et Médecins du Monde. Actuellement sur les cimaises de la Galerie Joseph, portraits et témoignages de femmes se côtoient pour mieux nous alerter sur des situations intolérables.
C’est à la Galerie Joseph dans le Marais que Médecins du Monde a choisi d’exposer les superbes photographies de Denis Rouvre réalisées dans le cadre d’un projet commun visant à dénoncer les violences faites aux femmes dans le monde, à donner un visage et une voix à ses invisibles dont les corps et les âmes ont été marquées au fer blanc par des actes et des situations intolérables. Et pourtant, comme c’était le cas déjà il y a deux ans lors de l’exposition “Mise au poing” organisée par Médecins du Monde à la Topographie de l’Art et proposant différents regards sur la précarité et l’exclusion, le misérabilisme n’a pas sa place ici. Et en cela Denis Rouvre est l’allié rêvé de ce que l’organisation humanitaire tente de transmettre d’espoir et d’activisme car ses clichés ne s’enlisent jamais dans la boue dégradante du réel mais au contraire hissent leurs sujets au rang de figures universelles en des portraits souvent hiératiques faisant écho à la peinture classique et à l’Histoire de l’Art tout en captant inexorablement et sans afféterie la personnalité unique et la force intérieure qui se dégagent de chaque modèle. 

Et les héroïnes méconnues qui donnent leur titre à l’exposition (“Unsung Heroes”) irradient littéralement depuis l’obscurité environnante de l’image. Droites, qu’elles soient assises ou debout, toujours dignes et graves, le regard qui ne triche pas, ni timoré ni vindicatif mais là, dans la présence cérémonielle de l’instant photographique, elles nous font face, témoins vivants des atrocités qu’on a peine à soupçonner derrière leur beau visage, encore moins à imaginer. A côté de chaque portrait au format carré, marque de fabrique du photographe, leur témoignage, plus ou moins détaillé, plus ou moins abrégé, fait état de leur histoire. Et mises bout à bout, toutes dressent un panorama sans fard des violences faites aux femmes dans le monde, sexuelles principalement, physiques et psychiques, économiques et sociales. Les lire est une traversée qui ébranle loin et longtemps, un puissant choc personnel diffracté dans la pluralité de ces expériences relatées sobrement, sans sentimentalisme. Certains récits sont à la limite de l’insoutenable mais ce qui reste à la fin, quand on a épuisé tous ces regards face à nous, tous ces traumatismes, tous ces pays ravagés par les atrocités (République Démocratique du Congo, Palestine, Nepal, Venezuela, Syrie, Kenya, Cameroun, Philippines, Rwanda…), c’est la vie qui continue, la présence intense de ces visages, les chromatismes et le grain des photos de Denis Rouvre, peintre réaliste de ces femmes-douleurs qui les éternise dans son objectif et tout en les contextualisant dans un environnement les extrait de leur condition pour les sublimer. Ce ne sont pas des victimes qui nous poursuivent après l’exposition mais bien des battantes, des femmes debout, manches retroussées, toujours prêtes à en découdre avec la vie et le sort.

Association médicale militante de solidarité internationale, Médecins du Monde s'engage depuis plus de 30 ans à soigner les populations les plus vulnérables et depuis une dizaine d’années fait une priorité politique de témoigner des violences faites aux femmes, d’accompagner et soutenir les plus fragiles, les plus malmenées, tant dans la sphère privée que dans le domaine public. Sur trois niveaux d’exposition, sur fond de murs blancs prêts à accueillir dans le recueillement d’un espace immaculé ces portraits à vif et témoignages courageux, “Unsung Heroes” change la donne et redonne dignité et grandeur à ces femmes en souffrance, convertit le silence en parole franche et ce projet lui-même en geste politique. 

En entrée libre

Par Marie Plantin

Unsung Heroes
Elles brisent le silence
Du 9 octobre au 2 novembre 2019
Du mardi au dimanche de 11h à 19h
A la Galerie Joseph
7 Rue Froissart
75003 Paris