Actualités
mercredi 13 décembre 2017
La culture estonienne passe son hiver à Paris avec Loov Kultuur
 
Actualités
mercredi 13 décembre 2017
Musique, danse et théâtre s’invitent à la table pour une performance insolite à voir à la Pop
 
Actualités
mercredi 13 décembre 2017
Ambiance cumbia samedi soir au Cent-Quatre
 
Actualites

Le Teatro Gioco Vita émerveille les tout petits sous le chapiteau de la Villette

Dans le cadre de "Villette en Cirque" et de "Little Villette", le Teatro Gioco Vita présente "Circoluna", un spectacle de théâtre d’ombre sous chapiteau, conçu spécialement pour les tout petits. Une pépite.
Le Teatro Gioco Vita se présente comme l’unique Cirque-Théâtre d’ombre du monde, avec une grandiloquence joyeusement surjouée mais pleine d’espièglerie aussi. Car la représentation à laquelle on assiste tient plus du théâtre d’ombre à proprement parler que du cirque en bonne et due forme. Ici, l’heure n’est pas à la virtuosité acrobatique ni aux animaux exotiques, non, on se croirait plutôt dans une caravane de passage, dans ce décor intimiste, avec branchages et guirlandes lumineuses qui viennent circonscrire l’espace du spectacle et des spectateurs, réunis en une assemblée réduite de privilégiés. La scénographie est simple et colorée, artisanale et chaleureuse. Les enfants sont invités à prendre place sur des coussins aux premiers rangs, tandis que les parents se massent sur des petits bancs de fortune. On se croirait presque à la maison si ce n’est cette invitation à entrer dans un univers onirique où les ombres existent autant que nous.

Les deux comédiens, Valeria Barreca et Tiziano Ferrari, tous deux convaincants, avenants et charmants, entraînent avec une grâce infinie leur public dans ce petit monde où s’ébroue tout un bestiaire d’ombres. Par le biais de la magie de l’ombre et de la lumière, ils donnent vie à une ribambelle de personnages sortis d’un imaginaire fantaisiste, une série de créatures tantôt rigolotes, tantôt délicates, tantôt inquiétantes, comme Boule qui est, à sa façon, le clown de l’histoire, trublion farceur dont le nez s’allonge étonnamment, la Ballerine Lune qui s’apparente à la figure circassienne traditionnelle de l’écuyère danseuse, et Lionne, la mangeuse d’ombres, tout à la fois sorcière et bête carnivore pas si effrayante que ça, qui fait office du félin à dompter. Les personnages archétypaux du cirque et de son folklore historique sont donc convoqués mais très lointainement car aucun d’eux ne ressemble de près ou de loin à son ancêtre. Cette ménagerie a plutôt des allures de volatiles de basse-cour d’un genre un peu particulier, sauf la ballerine qui vient déployer sa beauté sur le rond parfait d’une pleine lune qui fait les frais des blagues du coquin Boule.
 
Là où la mise en scène de Fabrizio Montecchi est ingénieuse et parfaitement adaptée à un public en bas âge, difficile à maintenir concentré et surtout en place, c’est dans la variation des supports où vient s’inscrire le théâtre d’ombre. Un drap, un manteau, un tambour, les surfaces qui viennent servir d’écran translucide aux figurines animées sont plurielles et variées, le jeu des comédiens vient interagir avec les marionnettes en deux dimensions, et l’alternance entre les adresses au public et les actions scéniques est idéalement dosée. Les enfants sont pris dans l’histoire, happés par les images en mouvement, mis à contribution même. Leurs réactions sont le sel du spectacle et la preuve évidente que le pari du Teatro Gioco Vita est réussi. Le plateau étant au même niveau que la salle, les enfants se précipitent pour embrasser les comédiens après les applaudissements, et c’est une scène qui à elle seule témoigne du fait que l’aventure proposée a été partagée. L’émotion est palpable dans l’air et sur les visages des parents, on lit qu’eux aussi ont été émus par la poésie de ce "Circoluna".

Par Marie Plantin

Circoluna
Du 31 janvier au 19 février 2017
A l’Espace Chapiteaux de la Villette
Parc de la Villette
75019 Paris