Actualités
lundi 25 mars 2019
Redécouvrir Emil Szittya, glaneur de rêves
 
Diaporama
vendredi 22 mars 2019
Toutânkhamon, pharaon superstar à la Grande Halle de la Villette
 
Actualités
vendredi 22 mars 2019
A la Commune, l’une danse, l’autre parle
 
base

Le DOC Ciné Club programme La Commune de Peter Watkins, film rare et brillant

"La Commune", le film fleuve de Peter Watkins est programmé par le DOC Ciné Club dans le 19ème, dans le cadre de son cycle "Plus c'est long, plus c'est bon". Une véritable bombe cinématographique de plus de… 5h !
Défiant toute tentative de classification, le cinéma de Peter Watkins sort du cadre habituel de la fiction ou du documentaire, traquant la forme la plus signifiante par rapport à son sujet, renouvelant systématiquement son approche audiovisuelle et dans le même mouvement la place du spectateur.  C’est ainsi que "La Commune" propose une expérience cinématographique unique, puisqu’elle parvient à brasser dans une même narration un événement appartenant à l’Histoire, la Commune de Paris en 1871, avec la réalité contemporaine de sa sortie (en 2000) et redonne au spectateur sa position de citoyen autant que d’individu capable de concevoir une pensée critique sur ce qui lui est donné à voir.

Avec ce film, le réalisateur, en usant intrinsèquement d’un processus démocratique, crée un espace de parole publique, incite à la réflexion sociale et politique. Comment ? Si "La Commune" sort des normes filmiques fictionnelles habituelles, c’est d’abord par sa durée, plus de 5h. Autre caractéristique essentielle : "La Commune" ne cherche jamais à faire oublier ce qu’il est, un film, c’est-à-dire un MMAV (Mass Media Audiovisuel) pour employer la terminologie utilisée par Watkins. D’où ce choix de transparence absolue, en débutant le film par sa fin, la visite des studios tels que laissés le dernier jour du tournage et l’exposition du dispositif. Ce qui induit que la reconstitution historique est pleinement assumée comme telle. Enfin, l’implication personnelle des quelques 200 figurants non professionnels qui ont fait partie de l’aventure, fait de ce film une œuvre expérimentale, performative, à l’opposé des produits finis que l’on nous sert habituellement. Mis à contribution en amont du tournage, invités par Peter Watkins à se documenter, s’informer, sur cet épisode de l’Histoire de France afin d’intervenir au cours du tournage du film avec leurs propres réflexions, questionnements, dans une résonance entre les enjeux de la Commune et les problématiques socio-économiques du moment, les figurants jouent le jeu avec ferveur.
 
Mais le fil conducteur du film, ce sont ses deux acteurs principaux, Aurélia Petit et Gérard Watkins (excellents) interprétant des journalistes de la "télévision communale", couvrant l’événement. L’insurrection populaire est donc relatée via ce médium média qu’est la télévision. Les plans séquences, caméra à l’épaule, accentuent l’effet de proximité avec l’action, comme si le (télé)spectateur n’était plus qu’un simple témoin mais partie prenante de la situation, invité à la penser dans le même temps qu’il la suit en direct. L’anachronisme est bien évidemment totalement assumé, il est constitutif du dispositif et participe de ce principe de "défictionnalisation". "La Commune" est un film fondamental. Un film hors norme. Un film défi. Un film qui ne ressemble à aucun autre, ouvre une brèche dans ce que peut le cinéma. Fluide et dynamique, il se regarde avec une vraie jubilation et ne s’oublie pas.

Rendez-vous donc au DOC Ciné-Club dimanche. Ouverture des portes et du bar à 14h45. Projection du film à 15h avec entracte entre 18h et 18h30. Fin du film vers 21h30. Repas possible sur place (attention, la maison ne prend pas la carte bleue!).
 
Par Marie Plantin
 
La Commune
Le dimanche 16 décembre 2018
Au DOC Ciné Club
26 bis Rue du Docteur Potain
75019 Paris