Actualités
mercredi 23 août 2017
La Rentrée de la Cinémathèque
 
Actualités
mercredi 23 août 2017
L’affiche complète de Rock en Seine 2017
 
Actualités
mercredi 23 août 2017
Viens faire ton marché créatif au Point Ephémère dimanche
 
Actualites

Le Cœur de Boltanski s’écoute à la POP

Jusqu’à la fin du mois, la cale de la POP, péniche amarrée Quai de Loire, accueille une installation sombre et percutante de Christian Boltanski.
En ces jours ensoleillés du mois de juin parisien, la lumière sur les quais du bassin de la Villette éblouit le flâneur qui profite du canal. Le contraste lorsque l’on pénètre dans la pénombre de la cale de la POP est d’autant plus saisissant que l’ensoleillement extérieur est fort. A peine les quelques marches de l’escalier descendues, on entre dans un autre monde, le changement est radical. L’installation de Christian Boltanski est immersive et d’une intensité qui nous prend à la gorge dès qu’on l’approche.

Dans l’obscurité de la cale isolée de toute lumière naturelle, est suspendue une ampoule électrique. Cette ampoule s’allume et s’éteint au rythme régulier des battements de cœur de Boltanski enregistrés, amplifiés et diffusés en continu. Cette ampoule devient la métaphore du cœur de l’artiste, elle orchestre l’alternance de lumière et d’obscurité, elle bat, donne le la ou plutôt la mesure, celle de la mort inscrite dans la vie. La cale devient cave, caveau, tombeau sur l’eau. Un sas avant le dernier voyage, l’ultime traversée. Au mur, sur les côtés, des miroirs accrochés servent de surface réfléchissante à la lumière qui vient cogner dedans, par à-coups. Quand par chance, le visiteur se retrouve seul dans la salle, l’effet est saisissant. Car c’est aussi son propre visage qui se projette dans les miroirs, ombragé différemment en fonction de sa position dans l’espace. Et c’est comme si l’on se croisait pas hasard, à travers le filtre de l’au-delà, comme si l’on apercevait son propre fantôme, avec en toile de fond ce son entêtant et troublant. Le reflet de nous-même ne vient pas nous "narcissiser" mais sonner les cloches de l’inéluctable. En fait, l’installation fonctionne comme une vanité contemporaine, elle nous renvoie notre propre mort en pleine face. Les battements du cœur imprègnent tout, l’espace, notre corps, on croirait même entendre l’écho du nôtre, c’est fort, perturbant. L’aspect confiné de la cale accentue la sensation d’être dans le son. Il n’y a plus de frontière entre l’extérieur et l’intérieur, notre cœur qui bat au-dedans n’est pas différent de celui que l’on entend au dehors en fin de compte.

On ne ressort pas indemne de l’expérience lorsque l’on remonte à la surface, au soleil, à la terre ferme, au flux quotidien… On a approché la mort de près, on revient parmi les vivants, un peu plus conscient, un peu plus présent à la durée limitée de la vie, un peu plus au contact de son mystère infini.

"Le Cœur" est une œuvre de Boltanski appartenant à la Collection privée d’Antoine de Galbert qui la prête pour l’occasion. Cette installation créée en 2005 a été présentée à la Maison Rouge en 2008 lors de l’exposition "Les Archives du Cœur". Elle s’inscrit en accord parfait avec la ligne de programmation de la POP qui se présente comme un « incubateur des musiques mises en scène » et interroge, via expositions et spectacles, les relations que les individus et la société entretiennent avec le son et la musique.


L’exposition est accessible en entrée libre. Et franchement c'est une claque.

Par Marie Plantin

Le Cœur
Christian Boltanski
Du 1er au 30 juin 2017
Du mercredi au dimanche
De 13h à 19h
A la Pop
Péniche face au 32-34 Quai de Loire
75019 Paris