Actualités
jeudi 20 juillet 2017
DJ Set (sur) écoute, une expérience qui débouche les oreilles
 
Actualités
jeudi 20 juillet 2017
Cette année le Cinéma en plein air de la Villette nous propose de passer à table
 
Actualités
jeudi 20 juillet 2017
Dj set gratuit de Jacques à la Démesure sur Seine
 
Medusa - Bijoux et tabous

Le Bijou se taille une place de roi au Musée d’Art Moderne

Avec "Medusa", le Musée d’Art Moderne fait entrer le bijou au musée en lui consacrant une exposition d’une profusion exceptionnelle qui en embrasse les multiples facettes, significations et contextes.

Trop facilement jugé futile, relégué au statut superficiel de vecteur de la coquetterie féminine, le bijou pâtit d’une place peu valorisée dans notre société, ou du moins confinée à l’industrie du luxe et de la beauté, du bling-bling et de la frivolité. L’exposition du Musée d’Art Moderne réhabilite son aura en abordant le bijou par divers biais qui en rappellent l’ancrage historique, la portée symbolique, la connotation sociologique, les vertus affectives, au-delà de ses seules valeurs esthétiques et économiques. Dans la lignée de la précédente exposition, "Decorum", qui mettait en relation la création textile et l’art contemporain, "Medusa" positionne le bijou au rang d’œuvre d’art et l’acte est suffisamment fort et unique pour le souligner.

C’est un parcours thématique qui a été envisagé, privilégiant la transversalité, le transhistorique pour mieux rendre hommage à la puissance signifiante du bijou, le débarrasser de ses clichés, en particulier de son rôle unique et réducteur d’attribut de la séduction féminine et l’aborder comme langage plutôt que comme simple accessoire. Concoctée par Anne Dressen (Commissaire) en collaboration avec Michèle Heuzé et Benjamin Lignel (conseillers scientifiques), l’exposition est d’une ambition sans précédent dans le domaine et nous force à regarder autrement ces objets d’apparat et leurs différentes fonctions, ces décors miniatures portés à même le corps.

L’exposition réunit dans ses vitrines plus de 450 œuvres, des bijoux certes mais également quelques photographies et toiles. Le visiteur appréhende différentes formes de bijoux (colliers, bracelets, broches, bagues, boucles d’oreille, masques, éventail, ornement de cheveux, boutons de manchettes, tabatière…) signés par des créateurs de renom comme Cartier, Chanel, Van Cleef & Arpels, Lalique, Swarovski, Vuitton, Stella Mc Cartney, Vivienne Westwood… ou par des anonymes. On y trouve aussi bien de la haute joaillerie que des bijoux ethniques (amérindiens notamment), des bijoux d'art (réalisés par des artistes comme Calder, Man Ray, Dali, Louise Bourgeois, Niki de Saint Phalle ou même Jeff Koons) ou d'avant-garde, des bijoux fantaisie ou breloques de pacotille comme ce collier de perles en bonbons ou cette broche confectionnée avec du papier toilette. Et puis il y a des pièces iconiques comme le gant tout en strass de Mickaël Jackson ou cette broche en forme de bouche, "Ruby Lips", reproduction d'une œuvre de Dali par Henryk Kaston. Car la dimension humoristique, l'extravagance ou encore le caractère ésotérique de certains ornements ne sont pas absents de cette sélection éclectique. Ici, ce n’est pas le beau qui prime quand bien même certaines pièces sont de véritables splendeurs, mais le propos. Le bijou n’y est pas anecdotique, il y est langage, il s’inscrit dans l’Histoire, celle de l’identité et de la construction de soi par rapport au regard de l’autre, en tant que marqueur de pouvoir ou de statut social, en tant que marqueur de genre (notamment la convention récente de sa féminisation), en tant que marqueur de valeurs et contre-valeurs aussi (préciosité de ses matériaux ou au contraire son côté bricolé, dimension sentimentale, contestataire aussi, avec les badges à messages par exemple), en tant que vecteur de croyances et objet de fétichisme (amulettes, talismans, gris-gris, croix, porte-bonheur…), associé à certaines pratiques rituelles et traditionnelles.

"Medusa" recense les différents statuts du bijou en un panel d'un éclectisme impressionnant. Un panorama à la fois historique et géographique, anthropologique et sociologique, des multiples vertus et valeurs de cet accessoire pas si accessoire que ça en fin de compte.

Par Marie Plantin


Medusa
Bijoux et Tabous
Du 19 mai au 5 novembre 2017
Au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
11 Avenue du Président Wilson
75016 Paris
Réserver cet évènement