Actualités
lundi 20 janvier 2020
Quand le théâtre jeune public philosophe avec grâce
 
Actualités
vendredi 17 janvier 2020
Les mondes intérieurs de François de Brauer
 
Actualités
mercredi 15 janvier 2020
Le Théâtre Déplié fait de l’Atelier du Plateau le décor d’un puzzle théâtral d’un genre inédit
 
base

La Cité de la Musique donne la part belle aux portraits glam et pop de Pierre et Gilles

C’est une exposition à voir et à entendre que consacre la Cité de la Musique au binôme d’artistes Pierre et Gilles, dont les portraits glamour et fleuris, kitsch à souhait et papier glacé étoilé, offrent à la planète musicale pop une iconographie indélébile et inoubliable et marquent de leur empreinte pailletée, ludique et inspirée, le versant frivole de l’art contemporain.
Pierre et Gilles. La seule évocation de leur prénoms inséparables charrie son lot d’images iconiques contemporaines, des portraits surtout, d’anonymes ou de célébrités, immortalisés dans des mises en scènes rendant grâce à la beauté plastique, à l’artifice, aux images d’épinal et représentations religieuses, à la culture pop et ses dérivés, aux couleurs contrastées et acidulées. Leurs modèles sont essentiellement issus de l’industrie musicale, que ce soit de la chanson, de la variété, de la pop en majorité, mais aussi du rock indé. Ils ont marqué leur époque, stars internationales ou chanteurs plus confidentiels, et Pierre et Gilles leur ont tiré le portrait, participant, visuellement, à leur renommée, à leur image véhiculée. Pour chacun d’entre eux, ils imaginent et inventent un écrin qu’ils conçoivent ensuite dans leur atelier, le décor de chaque photographie étant réalisé par leurs soins en studio, à l’ancienne, et non numériquement comme la perfection de chaque cliché pourrait le laisser croire. Mais c’est que ces portraits mis en scène dans une volonté de glorification au énième degré de la personnalité exposée ne sont pas de pures photographies. Si dans ce duo à deux têtes d’artistes siamois complémentaires Pierre est photographe, Gilles quant à lui est peintre et c’est sa patte picturale qui vient donner la touche finale à l’image. Somme des deux arts, les tableaux ainsi élaborés, uniques en leur genre car reconnaissables entre mille, sont de véritables oeuvres hybrides nées de la collaboration fertile de deux personnalités unies par un amour indéfectible, un goût commun pour la fête et la musique, le kitsch et le folklore (qu’il soit païen ou religieux).

Et la brillante exposition proposée par la Cité de la Musique en est un aperçu révélateur, l’occasion de revenir sur des oeuvres des années 80 et 90 jusqu’à leurs plus récentes réalisations, datant de cette année, avec des artistes fraîchement découverts comme Clara Luciani, Juliette Armanet, Eddy de Pretto, Elias Dris ou encore Conchita Wurst. On traverse ainsi les années Palace, haut lieu des soirées parisiennes écumé par la hype musicale de l’époque, Gainsbourg, Bambou et compagnie, que Pierre et Gilles fréquentaient également, jusqu’à aujourd’hui. La petite histoire raconte d’ailleurs que le couple s’est rencontré dans une fête, on le croit volontiers. Et le parcours, intitulé “La Fabrique des idoles”, nous plonge dans l’ambiance boule à facette et juke box véhiculée par l’aura de ces tableaux aux cadres étincelants et ludiques (géniale prolongation de l'oeuvre), par le charisme de leurs modèles et l’imaginaire musical associé, autant que dans les coulisses de la création, à travers installations en vitrines et documentaire vidéo (au sous-sol).

Etienne Daho, Lio, Nina Hagen, Sylvie Vartan, Arielle Dombasle, Madonna, Kylie Minogue, Pierre Lapointe, Marilyn Manson, Marc Almond… On avait oublié à quel point ils étaient nombreux à être passés sous l’objectif de l’irrésistible duo. L’exposition en témoigne et dévoile, d’alcôves tapissées de velours rouge en mémorial à paillettes bleues nuit, ce foisonnement de vedettes et leur sublimation dans des mises en scène sur mesure. Cette immersion scénographique dans la galaxie Pierre et Gilles s’accompagne de la possibilité de s’y balader en musique en sélectionnant au cas par cas et au casque le titre qui viendra parfaire l’enchantement visuel. Inutile de préciser qu’on déambule dans cette exposition chatoyante et sexy, des étoiles plein les yeux et une folle envie de se trémousser par dessus le marché.

Par Marie Plantin

Pierre et Gilles
La Fabrique des Idoles
Du 20 novembre 2019 au 23 février 2020
Au Musée de la Musique / Cité de la Musique
221 Avenue Jean Jaurès
75019 Paris
Réserver cet évènement