Actualités
vendredi 13 décembre 2019
Les femmes de Barbe-Bleue l’ouvrent sans tabous dans un spectacle drôle et glaçant
 
Actualités
jeudi 12 décembre 2019
Kiki Smith imprègne les salons de la Monnaie de Paris de son œuvre protéiforme
 
Actualités
mardi 10 décembre 2019
Noël à la moulinette du Collectif du Grand Cerf Bleu
 
base

L’Escient, gastronomie française aux nuances asiatiques dans le XVIIe

Les bonnes adresses de resto se passent sous le manteau, L’Escient fait partie de ces bons plans dont les habitués connaissent la valeur. Une cuisine française rehaussée d’une palette de saveurs asiatiques pour réveiller vos papilles. On est sous le charme.
L’Escient ne paie pas de mine au premier abord, on le remarque à peine depuis le trottoir de la rue Poncelet, rue commerçante nichée au cœur du quartier des Ternes. Mais les habitués le connaissent bien et font honneur à cette adresse discrète et sans prétention qui privilégie le contenu et la diversité de sa carte à la déco d’intérieur, sobre et minimaliste mais pas froide pour autant, et pratique un rapport qualité / prix honnête et bienveillant pour une cuisine grand cru. Tenu par la famille Méchin, ce restaurant est le reflet de l’harmonie relationnelle qui règne en son sein et le résultat se déguste directement dans l’assiette, idéalement dosée en quantité, équilibrée dans les saveurs et mariages de textures, et last but not least, parfaitement maîtrisée niveau cuisson. Délice assuré.

En salle, les clients sont servis par Catherine, aimable et discrète, à l’image du lieu, experte pour vous conseiller sur la carte des vins qu’elle élabore elle-même. On repense encore au Bourgueil sublime qu’elle nous a proposé le jour où l’on y était. Un mélange d’arômes boisés invitant au voyage intérieur. Aux fourneaux, son mari, Pierre, réputé pour la perfection de ses cuissons et ses marinades. On confirme sa réputation après avoir goûté le thon mi-cuit saupoudré de graines de sésame grillées, servi sur un lit d’avocats imprégnés de sauce Siam, mélange de soja et de citron vert. Ô merveille des merveilles. Notre palais s’en souvient encore avec émotion.

A noter que si L’Escient pratique une cuisine française, l’Asie s’invite par touches légères et raffinées dans les recettes, au détour d’une sauce (miel-soja, curry noir, yuzu…) ou d’une cuisson (Bœuf mariné façon Tigre qui pleure). Car Claire, qui officie en cuisine aux côtés de son père, préposée aux desserts, outre son diplôme de l’école Ferrandi en poche (comme Pierre) a fait ses classes non seulement chez Ducasse mais aussi chez William Ledeuil à la Kitchen Gallery, rencontre marquante qui lui aura transmis ce goût pour une cuisine aux influences asiatiques revendiquées. Les desserts d’ailleurs, parlons-en, car le velouté de mangue à la citronnelle acoquiné avec du mascarpone italien sur lequel flottait une glace au gingembre ponctuait avec grâce un repas tout en équilibre et rencontres de saveurs bien senties amorcé avec une entrée de toute beauté, le mariage heureux de lamelles de betterave Crapaudine sur un oreiller de truite fumée de Grèce. Le salé de l’une s’accordant idéalement avec le sucré de l’autre.

Et si l’harmonie règne en bouche, elle imprègne l’atmosphère du lieu, convivial mais pas bruyant. Ici la décoration et l’esthétique d’ensemble jouent la carte de la sobriété et tablent sur l’héritage des bistrots parisiens. En gros, chaleureux mais sans chichis. Murs en pierre, tables en bois foncé, banquette de velours rouge, grandes assiettes creuses, une frise rouge et or, vient relever la simplicité alentours et faire écho à l’inspiration asiatique qui se glisse de-ci de-là dans les recettes. 

C’est à bon escient que vous viendrez déjeuner ou dîner dans ce restaurant attachant. Le jeu de mot est certes facile mais tellement approprié à cette bonne adresse qui ne déçoit pas et déploie une carte inspirée et inspirante, diversifiée mais pas surchargée, approvisionnée en produits frais privilégiant le local, le bio et l’agriculture raisonnée, pour des tarifs raisonnables. On a tout à gagner à y aller.

A noter que tous les 3ème jeudis de chaque mois, les chefs cuisinent au Big Green Egg, un barbecue cylindrique dont la céramique réfléchit la chaleur à l’intérieur de la coque pour une cuisson en douceur qui rend viandes et poissons tendres à souhait. Un vrai révélateur de saveurs. On n’a pas encore testé mais on est motivé !


Par Marie Plantin

L’Escient
28 Rue Poncelet
75017 Paris