Actualités
mercredi 23 août 2017
La Rentrée de la Cinémathèque
 
Actualités
mercredi 23 août 2017
L’affiche complète de Rock en Seine 2017
 
Actualités
mercredi 23 août 2017
Viens faire ton marché créatif au Point Ephémère dimanche
 
Actualites

Inextricabilia à la Maison Rouge, la magie opère

Avec "Inextricabilia", une exposition proprement fascinante réunissant aussi bien des œuvres contemporaines que des pièces issues de l’Art Brut ou des rituels sacrés pratiqués dans des contrées éloignées, la Maison Rouge propose au visiteur une expérience puissante qui va bien au-delà du simple plaisir esthétique.

Qu’est-ce qu’un nœud sinon du lien ? Toutes les œuvres réunies actuellement dans le cadre de l’exposition "Inextricabilia" à la Maison Rouge, ont en commun ce soin de l’emmaillotage, relevant à la fois d’une maîtrise technique (qui passe par la maîtrise de soi avant toute chose, le geste précis et la patience requise) et d’une dimension symbolique placée dans l’objet ainsi transformé, momifié, contraint, contenu, pris dans un réseau de fils serrés, emmêlés, comme un cocon, une chrysalide, un écrin, une douce carapace. Et pourtant. Certaines pièces sont signées Louise Bourgeois, Annette Messager ou encore Pierrette Bloch, les grands noms de l’art contemporain côtoyant ceux de l’art brut comme Judith Scott par exemple, Arthur Bispo de Rosario ou Michel Nedjar, quand d’autres sont des créations anonymes, des poupées vaudou, des amulettes, reliquaires ou autre objet pourvu de vertus magiques, réparatrices, purificatrices ou protectrices.

Il est véritablement stupéfiant de réaliser que d’une certaine manière, ce que l’on nomme Art n’est pas ce qui fait la puissance de l’objet car l’on est tout autant happé et ébranlé par les créations "en bonne et due forme" signées par des artistes adoubés que par ces objets rituels africains relevant de croyances religieuses et de traditions cérémonielles et qui n’ont pas vocation à faire œuvre d'art au sens où on l'entend. Et l’on est subjugué par les similitudes, les échos, les nombreuses analogies entre ces compositions pourtant hétéroclites, autant dans leurs formes que dans les matières utilisées. Peu importe l’époque et le contexte, le geste semble le même, l’acte de lier, ligoter, entourer, créer d’inextricables enchevêtrements pour mieux conjurer le mal ou la mort, l’ennui, la mélancolie, la maladie.

L’ex-voto d’Annette Messager, tapisserie de photographies accrochées en une composition formant un cœur, recouverte d’une mantille noire ou d’un filet de pêche suivant l’imagination qu’on en a, la figurine rose de Louise Bourgeois aux coutures apparentes, pendue à un fil invisible, le tressage de crin de cheval de Pierrette Bloch, les emballages d’objets de Judith Scott, les mini poupées emmaillotées ou autre fétiche et statuette divinatoire, les parures brodées d’Arthur Bispo de Rosario, les amoncellements organiques effrayants de Marc Moret…  la sélection est remarquable, elle explore tous azimut tout en maintenant une cohérence stupéfiante.

Chaque œuvre est un labyrinthe de fils, tressés, noués, cousus, enchevêtrés les uns avec les autres. La matière des liens diffère sans arrêt, laine, ficelle, corde, cuir, cheveux, crin, raphia, bandelettes de tissu. Tantôt textile, végétal ou organique, le fil conducteur n’est jamais le même mais l’enchevêtrement des liens constitue le point de convergence de chacune des pièces exposées. Et le visiteur d’être littéralement traversé par la force expressive de ces figures et figurines, sculptures et modelages dont l’impact implique tout le corps. Les salles du sous-sol en particulier semblent véritablement hantées par les œuvres qui les habitent et le caractère macabre de celles-ci crée une sensation d’effroi et de répulsion qui nous dépasse et nous pousse vers la sortie pour reprendre souffle.

On repense longtemps après à cette exposition qui nous a noué le ventre et qui n’a rien d’anodin dans ce qu'elle travaille en profondeur sensations épidermiques, questionnements métaphysiques et croyances religieuses. Notre lien inéluctable à la vie et à la mort ensemble tressés, en somme.


Par Marie Plantin


Inextricabilia
Enchevêtrements magiques
Du 23 juin au 17 septembre 2017
A la Maison Rouge
10 Boulevard de la Bastille
75012 Paris