Actualités
jeudi 23 novembre 2017
Le Bal version Mathilde Monnier
 
Actualités
jeudi 23 novembre 2017
Ambiance Amérique latine pour la Before du Musée du Quai Branly
 
Diaporama
jeudi 23 novembre 2017
Les Architectures textiles de Simone Pheulpin
 
Actualites

François Chaignaud et Cecilia Bengolea reprennent leur répertoire au CND

Ils sont encore jusqu’à la fin du mois au CND avec le répertoire de leurs créations dansées à l’international. François Chaignaud et Cecilia Bengolea méritent largement ce coup de projecteur à ne pas confondre avec un hommage figé et mortifère, un enterrement de carrière.
C’est peu dire qu’on arrive après la bataille ou qu’on a tout simplement plusieurs wagons de retard, car le mois de mars est déjà entamé de plus de sa moitié et c’est seulement maintenant qu’on vous pointe du pied la rétrospective, que dis-je, le répertoire que le CND consacre au duo François Chaignaud et Cecilia Bengolea, chorégraphes sulfureux qui ont pris d’assaut la scène chorégraphique contemporaine en 2008 en jetant un pavé dans la mare avec leur Pâquerette, performance hautement troublante, cultivant ambivalence, provocation, explorant la pulsion sous un angle particulier.

Ils travaillent ensemble depuis des années maintenant, aigle à deux têtes comme on en trouve rarement dans le paysage de la danse. François Chaignaud et Cecilia Bengolea ont inventé un style, une esthétique, une gestuelle et des figures qui font maintenant leur pâte, leur identité chorégraphique, leur vocabulaire. S’inspirant tout autant des danses urbaines actuelles telles qu’elles s’expriment à travers le monde entier, que des danses traditionnelles orientales ou des codes de la danse classique, ils pratiquent le mix avec une virtuosité et une énergie folle, totalement décomplexée, libre, et leur liberté est amplement communicative. S’appuyant sur une technique physique extrêmement travaillée, sur une réflexion nourrie d’histoire, de folklore et d’anthropologie, sur le plaisir simple de danser et la fréquentation assidue des dance-floor en club, le duo développe, de création en création, une danse flirtant avec la transe, qui repousse les limites du corps et joue sur les postures extrêmes, le travail de pointe associé à un corps contemporain, hyper sexué. S’ajoute à tout ça, l’usage de costumes et maquillages forts, revisitant le juste-au-corps académique ou la parure de rituel et participant, au même titre et au même niveau que la musique et la chorégraphie, du spectacle.

En duo, en solo ou avec d’autres danseurs, Cecilia Bengolea et François Chaignaud inventent non seulement des danses mais des créatures dansantes puissantes. Et ce qui est fascinant avec eux, c’est la proximité et l’accessibilité de leurs spectacles qui pour la plupart viennent revisiter les danses de club ou de rue et la recherche pointue qui l’innerve, vient lui donner sa richesse, sa complexité, son amplitude de lectures. Ce qu’ils parviennent à créer sur le plateau, c’est un point de rencontres utopique, un carrefour des corps et des danses, un espace de porosité, libertaire et salutaire, un lieu de communication entre les extrêmes, un grand écart entre l’ancien et le nouveau, le kitsch et le sublime. Les corps exultent tout autant qu’ils sont tenus par les mouvements et contraintes qu’ils s’imposent. Les genres explosent, le travestissement est monnaie courante dans leur univers où la transgression est une hygiène de vie et de création.

Il reste encore deux spectacles à voir avant la fin du cycle, ponctuée par une soirée club en entrée libre dans le hall du CND le 31 mars. DFS version pop conçu spécialement pour être joué sur une péniche (La Pop, 40 Quai de la Loire, 75019 Paris, du 20 au 22 mars) est une création de 2016 qui mélange ballerines et spécialistes du dance hall, une polyphonie vocale et gestuelle où François Chaignaud déploie son éventail de tessitures et de répertoire musical, domaine dans lequel il excelle autant que dans la danse. Et Altered Natives’ Say Yes To Another Excess – TWERK qui hybride les corps sur une musique électro envahissant la danse elle-même et débordant de son énergie communicative au-delà des frontières du plateau. C’est gai, festif, fou, frais.

En parallèle à la programmation de spectacles, une série de vidéos et photographies vient compléter le répertoire scénique des deux chorégraphes. Se distingue le très beau film muet de Sothean Nhieim datant de 2008, le grain de l’image super 8 en noir et blanc, le travail de la pellicule, la présence hors d’âge de François Chaignaud, icône baroque, héros d’une performance improvisée, rite inventé, à base de génuflexions, de langueurs, et d’accessoires multipliant les symbolismes (perruque, miel, fleurs, poils, toque ouzbek, bottes). Intitulé Offrande (Un Portrait de François Chaignaud), le film de Sothean Nhieim est une double offrande, celle d’un cinéaste à sa muse, celle d’un artiste à la caméra.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire. Vous dépêcher.

Par Marie Plantin

Répertoire : Cecilia Bengolea & François Chaignaud
Du 24 février au 31 mars 2017
Au CND (Centre National de la Danse)
1 Rue Victor Hugo
93500 Pantin