Actualités
mardi 21 mai 2019
Dix randos urbaines et gratuites pour arpenter le Grand Paris
 
Actualités
mardi 21 mai 2019
La Villette au rythme du flamenco
 
Actualités
lundi 20 mai 2019
Embarquez pour des croisières musicales sur la Seine avec le Safari Boat
 
base

Danse en boîte pour très jeune public

En ce moment, au Théâtre Paris Villette, la salle blanche accueille un spectacle sensible et ludique pour les tout petits, à partir de 2 ans : “La Boîte”. Solo chorégraphique et poétique qui ouvre des portes et des fenêtres à l’imaginaire.
Au début, avant même que tout commence, il y a un cube. Une grande boîte posée au fond du plateau vide. Comme une maison, quadrillée de rectangles peints, couleur ocre orangé. Des briques ? Pourquoi pas, on imagine ce que l’on veut. Et une lumière bleutée qui tombe du ciel, euh non, des cintres. Puis la maison se met en mouvement, avance vers le public, mystérieusement animée de l’intérieur. Se pose face à nous, imposante, recule, tournoie, s’arrête. Une maison hantée ? Là, un œil de bœuf s’ouvre, puis une trappe, une fenêtre, une porte, un tiroir, le toit-couvercle. La maison est habitée. Ici une main qui sort, un pied, une jambe, la maison a un corps, abrite un corps, un corps féminin, offrant une vision morcelée de lui-même. La maison a des bras, des mains, des pieds et des jambes. La maison marche, la maison est carapace. La maison est une coquille à briser, une bulle à percer. 

La danseuse Maria Ortiz Gabella a imaginé une partition chorégraphique joueuse et précise, pleine d’humour et de sensibilité, où le corps se fait marionnette, ses membres s’échappant un à un par les ouvertures, multipliant jeux de mains, jeux de jambes et de pieds avec agilité. Puis petit à petit, le corps se reconstitue dans son entier quand enfin, le visage de la danseuse se dévoile, tel une épiphanie, la condition sine qua non pour que le corps épars se rassemble et fasse sens. La structure de la maison s’ouvre alors, pour nous montrer l’envers du décor, la face caché du petit théâtre hybride auquel nous venions d’assister. Un théâtre où corps et objet ne font plus qu’un, s’assemblent pour créer des images insolites propices à titiller notre imaginaire. Un théâtre sans paroles où le visible et l’invisible s’associent pour mieux laisser parler nos rêves. Un théâtre gigogne qui révèle des surprises. La création musicale de Sébastien Berteau accompagne à merveille la dynamique de ce spectacle limpide et complexe mis en scène par Franck Paitel, qui joue sur la perception du corps à la fois comme pluralité de membres et globalité organique. Un mouvement libérateur y est à l'œuvre, qui affranchit l'interprète de l’enclos qui la contenait pour naître au monde extérieur.

Encore une petite pépite programmée par le Théâtre Paris Villette qui hisse la création jeune public au rang d’œuvre d’art et montre que l’on peut divertir, émouvoir et faire réfléchir en s’adressant aux plus petits, tout en interpellant les parents également.

Par Marie Plantin

La Boîte
Du 24 février au 10 mars 2019
Au Théâtre Paris Villette
211 Avenue Jean Jaurès
75019 Paris

Le 27 mars 2019
Au Théâtre des Sources
Fontenay-aux-Roses
Réserver cet évènement