Actualités
mardi 18 septembre 2018
Mudith Monroevitz fait chavirer la Nouvelle Seine
 
Actualités
mardi 18 septembre 2018
Culture au Quai revient le week-end prochain
 
Actualités
lundi 17 septembre 2018
Les cultures urbaines invitées à La Défense pour l’Urban Week
 
base

Cavale amoureuse dans la salle Paradis du Lucernaire

En ce moment, dans la salle haut perchée, la bien nommée “Paradis”, du Lucernaire, se joue un duo amoureux hors cadre de toute beauté, porté par deux comédiens au sommet de leur magnétisme, Laurent Sauvage et Anne-Lise Heimburger.
C’est une cavale. Une cavale amoureuse qui se termine mal. Comme les histoires d’amour en général. Comme les cavales, toujours. C’est inéluctable. C’est fou ce que cette thématique s’ancre dans un motif cinématographique fort, dans un imaginaire collectif lié aux road-movies, avec routes infinies, paysages à perte de vue, grands angles et gros plan. Avec de telles références, on appréhendait un peu l’usage du genre au théâtre, on craignait le déjà-vu, le recyclé, l’ennui. Que nenni. L’écriture extrêmement visuelle de la jeune auteure Lola Molina, précise, réaliste et poétique à la fois, nous embarque dès la première seconde, tant elle ouvre des espaces, provoque l’imagination, a le don de créer des situations concrètes et vivantes dans lesquelles on entre sans effort. On se glisse dans le flux de sa pièce avec une facilité qui nous déconcerte nous-mêmes, on rend les armes, on acquiesce, on accepte, on adhère, on saute sans filet dans cette fuite éperdue qui prend le temps de vivre malgré l’urgence à vivre. Et l’on ressent tout cela dans sa prose, cet attachement à rendre compte de l’environnement des deux personnages, les sensations exacerbées par la situation, la mort au bout du chemin, qui rôde, guette et creuse son sillon, et le désir qui intensifie tout, le plaisir fou d’être ensemble, se serrer les coudes et regarder à deux dans la même direction.

Lola Molina orchestre un hors-piste sentimental et son histoire est crédible jusqu’au bout. On ne décroche jamais, tenaillé au destin de ces têtes brûlées, libres et foutus, misérables et sublimes. Le caractère marginal de cette aventure, rencontre fusionnelle entre un homme mûr un peu à la traîne de sa propre vie et une adolescente paumée, liée de façon douteuse à un meurtre dans son lycée, suffit à en faire une forme de fantasme projeté. L’amour, s’il déborde des mœurs, des codes, du contexte ordinaire, y est palpable, dans une amplitude qui enveloppe. Lola Molina, avec sa plume, s’est fait un film, son propre film, et il nous imprime l’oreille comme le cinéma imprime la rétine. Car au plateau, le metteur en scène Lélio Plotton, jeune lui aussi, à l’origine, avec l’auteur, de la compagnie Léla, réalisateur depuis peu d’installations sonores à partir des écrits de son acolyte, déploie la parole grâce à un dispositif de diffusion en multicanal qui immerge le spectateur. C’est au texte qu’il donne toute la place, quand bien même un écran vidéo occupe le centre du plateau. Au texte, partant, aux deux comédiens qui le partagent, tantôt sur un mode narratif, monologue intérieur ou dialogue. Dirigés dans un mélange délicat de tact et d’audace, Laurent Sauvage et Anne-Lise Heimburger sont au sommet de leur magnétisme. Jamais on ne les aura vus aussi alchimiques, Laurent Sauvage toujours dans cette désinvolture apparente, gainsbourienne en diable, qui lui va si bien et qu’il porte ici à incandescence, Anne-Lise Heimburger, feu follet de jeunesse et de sensualité. Tous les deux, ils sont remarquables, désirables et impénétrables, jamais attendus. Car dans ce contexte de grande proximité lié à la taille de la salle et à la disposition des gradins, on est littéralement projeté dans l’intimité de leur destin sans que le mystère de chacun jamais ne soit percé. Rien n'y est illustratif ni appuyé, ni le texte, ni la mise en scène, ni le jeu. Et pourtant tout existe, l'amour surtout. Et c’est vraiment très beau.

Par Marie Plantin

Seasonal Affective Disorder
Du 14 février au 31 mars 2018
Au Lucernaire
53 Rue Notre-Dame des Champs
75006 Paris
Réserver cet évènement