Actualités
lundi 18 novembre 2019
Le Désenchantement contemporain vu par Jean-René Lemoine
 
Actualités
lundi 18 novembre 2019
La production figurative de Mondrian est à découvrir au Musée Marmottan
 
Actualités
vendredi 15 novembre 2019
Le cœur palpitant d’Estelle Meyer chante sa rage de vivre en un rituel musical régénérant
 
base

Au Musée de l’Homme, parcours permanent et installation éphémère s’imbriquent le temps d’un été

“En tête à tête”, tel est le titre de cette micro-exposition temporaire qui fait le pendant à la macro-exposition actuellement présentée à Beaubourg, “Préhistoire”. Une installation provisoire liée au partage d’œuvres entre les deux institutions et qui vient se glisser au sein du passionnant parcours permanent de la Galerie de l’Homme, fruit d’une rénovation architecturale et conceptuelle d’une pertinence lumineuse.
Tandis que le Centre Pompidou propose une exposition d’une envergure phénoménale témoignant de l’impact de l’invention de la Préhistoire sur l’Art Moderne, présentant dans son corpus titanesque nombre de pièces archéologiques exceptionnelles en regard d’œuvres puissantes témoignant de la résonance stimulante des origines de l’humanité chez les plus importants artistes du XXème siècle, le Musée de l’Homme lui fait écho avec “En tête à tête”, installation éphémère qui vient prendre place dans le parcours de la Galerie de l’Homme réouverte en 2015 après de très gros travaux de transformation de ses espaces intérieurs et la refonte de fond en comble de son parcours d’exposition. Un parallélisme intéressant fondé sur le partage des collections puisque le Musée de l’Homme prête pour l’occasion au Centre Pompidou deux pièces phares en sa possession : la fameuse Vénus de Lespugue et le crâne de Cro-Magnon qui ouvre l’exposition. En échange, le Centre Pompidou prête à son tour quelques œuvres d’art moderne et contemporain issu de ses collections permanentes. C’est ainsi que la “Tête-crâne” de Giacometti, “Le Modulor” du Corbusier ou bien encore des œuvres de Martial Raysse, Oto Hudec et Stephan Balkenhol viennent s’inscrire en contrepoint artistique des pièces d’anthropologie, d’ethnographie, de préhistoire et des travaux scientifiques qui fondent le répertoire d’objets et les dispositifs technologiques nouvelle génération du parcours permanent, retour aux sources de l’humanité autant que regard actuel sur notre présent et réflexion sur le futur.

La visite se fait en trois parties explorant chacune une question primordiale liée à notre essence et expérience humaine et invite le visiteur à s’interroger sur son identité, ou plutôt sur son individualité au sein d’un tout qui le dépasse, le précède et le prolonge : Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Questions concrètes et vertigineuses à la fois, que le musée aborde via des sources matérielles et immatérielles au croisement de la biologie et de la philosophie, de l’anthropologie et de l’Histoire. L’espèce humaine s’y découvre dans ses multiples facettes, en regard des autres espèces, animales et végétales, à travers son anatomie, sa conscience, notamment celle de sa propre mort, la question du genre, ses sociétés et cultures diverses, la structure familiale, les fêtes et rituels, l’interaction avec la nature… On remonte le temps et les lignées humaines, depuis la naissance de l’homme dans le berceau africain jusqu’à la rencontre de Néandertal et Cro-Magnon, Homo Erectus et Homo Sapiens. On part à la découverte des outils façonnés et autres avancées techniques, la domestication du feu, du minéral jusqu’à la transformation des paysages avec l’apparition de l’agriculture et l’émergence de nouveaux modes de vie. Et on avance ainsi, au grès d’un patrimoine archéologique savamment mis en scène de façon chronologique mais pas linéaire, accompagné de cartels médiateurs et de dispositifs multimedia ludiques et pédagogiques. Au long de ce parcours passionnant, c’est l’homme dans toute sa complexité auquel nous nous confrontons, à ce qui le façonne en tant que tel, être biologique, culturel et social. La dernière partie s’inscrit dans le présent et se tourne vers l’avenir, la mondialisation en marche, l’accélération démographique et la démultiplication des échanges, l’impact de l’homme sur la planète et la biodiversité, la génération de nouveaux environnements…

Ce parcours permanent, en perpétuelle évolution, au gré de l’avancée des recherches et de l’actualité scientifique (car le musée abrite 150 chercheurs explorant la nature de l’homme, son histoire et son futur) est actuellement ouvert en son centre par la parenthèse artistique que constitue la mise en regard des œuvres prêtées par Beaubourg. L’occasion de faire un pas de côté pour penser notre humanité par un autre biais et d’élargir encore un peu plus l’approche éclectique qu’en offre la Galerie de l’Homme, mine de savoirs en partage.

Par Marie Plantin

En tête à tête
Du 12 juin au 23 septembre 2019
Galerie de l’homme
Musée de l’Homme
17 Place du Trocadéro
75016 Paris
Réserver cet évènement