Actualités
vendredi 20 mars 2020
Le Silence et la peur, Nina Simone et l’Histoire noire-américaine dans un spectacle éclairé et éclairant
 
Actualités
mercredi 18 mars 2020
Quand la sculpture contemporaine s’empare du motif animal…
 
Actualités
mardi 17 mars 2020
Turner illumine le Musée Jacquemart André de ses peintures et aquarelles en provenance de la Tate
 
base

Chewing gum Silence revisite et réinvente le théâtre musical jeune public

Découvert au Nouveau Théâtre de Montreuil dans le cadre du Festival Mesure pour Mesure, "Chewing gum Silence" reprend au Théâtre de l'Aquarium dans le cadre de BRUIT, première édition d'un festival aux airs de manifeste. Un spectacle musical dédié au jeune public qui rompt allégrement avec les codes du genre.
Sur le plateau une montagne de boîtes empilées nous bouche la vue. Un mur de cartons de déménagement qui pique d’emblée la curiosité. Qu’y a t-il derrière ? Et surtout, qu’y a t-il dedans ? Ainsi s’engage “Chewing gum Silence”, spectacle musical jeune public au titre énigmatique et dont le décor l’est tout autant au premier abord. Mais comme souvent dans les créations made in La Vie Brève, le collectif qui vient de s’installer au Théâtre de l’Aquarium sous la direction de Samuel Achache (ici à la mise en scène) et Jeanne Candel, la scénographie est partie prenante de la dramaturgie et appelée à évoluer, voire se métamorphoser au gré de la narration. Petit à petit, l’horizon se dégage, découvrant derrière les piles de cartons les instruments que l’on entendait déjà, le son précédant la vue ici, un détail loin d’être anodin dans ce contexte, la théâtralité de la musique étant l’un des fers de lance de ce collectif qui creuse ce sillon de multiples façons en fonction des artistes qui s’y collent.

Bienvenu dans le système central de traitement des mélodies. C’est dans ce postulat narratif que nous entraîne le trio en présence et ces boîtes intrigantes ne sont lourdes que d’un contenu immatériel mais néanmoins précieux car elles renferment la somme des mélodies terrestres. Deux employés en gilet rouge sont chargés de leur archivage et de leur entretien. Ils vivent en vase clos, coupés du monde et voient leur binôme perturbé par l’arrivée d’une jeune femme inquiète, en quête d’une mélodie perdue, celle de son sommeil. Le fil de l’intrigue est assez simple mais il constitue un terrain de jeu (dans tous les sens du terme, théâtral et musical) propice aux inventions et expérimentations les plus ludiques. L’imagination déployée est délicieuse, les scènes comiques alternent avec des brèches mélancoliques et la musique se taille une place de roi par la grâce des trois comédiens multi-instrumentistes pratiquant à l’envi le chant, le saxophone, le piano, la batterie, la clarinette, la guitare… On se régale des volutes musicales qu’ils produisent, du bruitage en direct orchestré avec doigté, des contrées imaginaires où ils nous conduisent et l’on savoure ce territoire scénique où rythmes et notes semblent littéralement prendre corps, se matérialiser de sorte que la musique s’exprime en volume, comme palpable. Antonin Tri Hoang, Thibaut Perriard, Jeanne Susin, pour les citer tous les trois tant ils sont la moelle de ce spectacle jovial dont la fantaisie nous ramène aux inventions affabulatrices de l’enfance, explorent, sous la direction de Samuel Achache, la galaxie des mélodies, celles qui entêtent, celles qui trébuchent, celles qui caressent, celle qui agacent, les périmées, les délavées, les forcenées… et mettent leur virtuosité d’interprètes au service d’une histoire espiègle et chahutée qui n’hésite pas à envoyer valser certaines mélodies du répertoire pour mieux les réinventer avec force ingéniosité. Carton plein pour ce spectacle plein de souffle.

Par Marie Plantin

Chewing gum Silence
Les 20 et 21 décembre 2019
Les 10 et 11 janvier 2020
Au Théâtre de l’Aquarium
Cartoucherie
Route du Champ de Manoeuvre
75012 Paris
Réserver cet évènement