Actualités
jeudi 21 juin 2018
Radio Live revient, à la Maison des Métallos, son QG scénique parisien
 
Actualités
mercredi 20 juin 2018
Grand Concert Radio Classique consacré aux plus beaux airs de Rossini
 
Actualités
mercredi 20 juin 2018
Paris, théâtre des opérations, naissance d’un Festival made in Petite Egypte
 
base

Un Feydeau tout feu tout flamme

Présenté cet été dans le cadre du Festival d’Avignon où il a fait un carton à Théâtre Actuel, "La Dame de chez Maxim" débarque à Paris pour ouvrir la saison du Théâtre 13 dans la mise en scène tourbillonnante de Johanna Boyé.
Qui connaît le travail de Johanna Boyé ("Le Cas de la Famille Coleman", "Traviata’s Company", "Le Diable en partage", "Le Café des Jours Heureux"…) va voir ses spectacles les yeux fermés tant la demoiselle a le talent de choisir et distribuer parfaitement ses comédiens, le sens chorégraphique des mouvements dans l’espace, l’oreille musicale, le goût de la comédie autant que du drame, une passion pour la narration ou comment se raconte une histoire avec ses enchevêtrements, ses rebondissements, son allant. Ce qui caractérise principalement ses mises en scène en fait, c’est cette passion pour le rythme qui infuse tous les niveaux du spectacle, des dialogues aux déplacements en passant par les changements de décors, de costumes et le déroulé de l’intrigue.

On n’est donc pas étonné de la voir se tourner vers Feydeau, qui n’a pas son pareil pour inventer des mécaniques huilées et galopantes où un grain de sable suffit à dérégler le cours des choses dans une dynamique de l’engrenage et de la catastrophe à nul autre pareil. Et "La Dame de chez Maxim" en est un exemple idéal qui voit une danseuse du Moulin Rouge parachutée après une nuit de frasques dans une famille bourgeoise bien sous tous rapports et semer la panique à bord. Quiproquos et malentendus s’enchaînent dans une logique imparable qui vient désamorcer les conventions du milieu, mettre à jour l’hypocrisie de certaines us et coutumes, et malmener croyances et confort à tous points de vue.

La pièce est d’un comique infaillible et le spectacle de Johanna Boyé le lui rend bien, provoquant l’hilarité à maintes reprises. On plaint ce pauvre Docteur Petypon (interprété par l’excellent Florian Choquart, habile, agile et volubile à souhait) tout autant que l’on rit de ses mésaventures. On est sous le charme fou de Vanessa Cailhol, délicieuse et pétulante Môme Crevette, femme de mauvaise vie pimpante et joviale, gouailleuse à souhait. Aussi à l’aise dans le chant que dans la danse, Vanessa Cailhol s’empare du rôle titre avec un talent à toute épreuve et nous régale. Mais il faudrait tous les citer, Pamela Ravassard dans le rôle de Gabrielle, la femme officielle de Petypon vaut son pesant d’or aussi (elle cosigne d'ailleurs l'adaptation avec Johanna Boyé) et Arnaud Dupont comme à son habitude change de personnage comme de costume et nous campe une irrésistible duchesse.

Au total, ils sont sept comédiens à se répartir la vingtaine de personnages qui font de cette pièce un tourbillon. Les décors amovibles participent de la fluidité de l’ensemble, les jeux de transparence y sont les bienvenus, en accord parfait avec cette pièce qui joue sans cesse de ce qui se montre et se cache, se dit et s’omet, paraît et transparaît. S’ajoute à cela un souci esthétique évident de marier le passé et le présent. Les costumes distillent et mélangent sans complexe références contemporaines et codes vestimentaires d’époque pour mieux brouiller les pistes, se libérer des codes et ancrer le spectacle non seulement dans un héritage historique et dramaturgique mais aussi en dégager ses résonances actuelles. Quant à la musique, elle ne se contente pas de n’être qu’un simple habillage. Elle insuffle au spectacle sa dynamique et son univers rock plein d’entrain.
 
Feydeau est ici bien servi, Johanna Boyé parvient avec brio à en extraire toute la férocité joueuse et la drôlerie vaudevillesque. On rit, on rit, qu’est-ce qu’on rit !

Par Marie Plantin

La Dame de chez Maxim

Du 5 septembre au 15 octobre 2017
A Théâtre 13 / Jardin
103 A, boulevard Auguste Blanqui
75013 Paris


Du 19 octobre au 31 décembre 2017

Au Théâtre Rive Gauche

6 Rue de la Gaîté

75014 Paris

Réserver cet évènement