Actualités
mardi 18 juin 2019
Les 36h de Saint-Eustache, quand musiques émergentes et répertoire sacré font bon ménage
 
Actualités
mardi 18 juin 2019
Le Point Virgule fait l’Olympia, 12e !
 
Actualités
lundi 17 juin 2019
Les Arts du cirque au cœur du festival Solstice
 

Thierry Thieû Niang et Jean-Pierre Moulières - ... du printemps!

Sur la bande-son, un enregistrement de 1969 de Pierre Boulez, avec l'Orchestre de Cleveland : un "Sacre du printemps" sec comme un coup de trique, rythmiquement dément. Lus, des extraits des carnets de Nijinski. Thierry Thieû Niang ferait-il à son tour son "Sacre"? L'affaire semble plus complexe et l'archéologie de la pièce croise l'histoire de la danse. A l'occasion de représentations de "Kontakthof" (version seniors) du vivant de Pina Bausch, le chorégraphe est invité par un théâtre marseillais à un atelier avec des personnages âgées, pour la plupart sans véritable lien avec le monde de la danse. Le rendez-vous est devenu régulier, étalé sur plusieurs années. Suite à une visite au CND de Pantin, le contact est fait avec "le Sacre". Et c'est ainsi que sur une scène du festival d'Avignon 2011, une vingtaine de danseurs amateurs, dont le plus âgé va sur ses 87 ans, entrent dans une ronde, sur la musique de Stravinsky, chacun et chacune à son rythme. Quelques mois plus tard, au cours d'une session dans un théâtre de Valence (Drôme), Patrice Chéreau se joint à la troupe, en tant que récitant, corps récitant, massif, avec le renfort de forces locales. Cette version est celle présentée ce soir.

La critique du Pariscope ( Marie Plantin)

C’est une entrée en matière superbe et bouleversante. En programmant en début de saison cette proposition déjà rôdée signée Thierry Thieû Niang et Jean-Pierre Moulères, le Théâtre de la Ville renouvelle sa position phare en matière de spectacle vivant et surtout, de danse contemporaine. « … du Printemps » est un spectacle d’une simplicité pleine et riche, d’une beauté désarçonnante, le genre d’œ...

Calendrier

Artistes