Actualités
mardi 25 septembre 2018
Chris Garneau, de retour sur scène au Point Ephémère
 
Actualités
lundi 24 septembre 2018
Tous au restaurant divise votre addition par deux du 1er au 14 octobre
 
Diaporama
lundi 24 septembre 2018
Der des der pour le Cirque Plume
 
Dimitri Denorme, du Pariscope

« Des souris et des hommes » est une bien belle histoire d'amitié, une bien belle et tragique aventure humaine. George et Lennie, saisonniers californiens errent de ranch en ranch pour y travailler l'orge, en échange du gîte, du couvert et d'une maigre paye. Les deux amis nourrissent le rêve d'un jour posséder leur propre lopin de terre, d'y cultiver leurs légumes et d'y élever leurs lapins. Las, Steinbeck met en échec leur rêve américain en introduisant un double ver dans la pomme : un petit chefaillon et sa femme à la beauté redoutable seront la cause du désastre. Tout l'amour que George porte à son ami Lennie, retardé mental, ne suffira pas à faire obstacle au destin. Pas besoin de mots compliqués ou de tournures alambiquées pour mettre à mal la rudesse des Etats-Unis en crise. La simplicité du texte ne rend que plus violemment la réalité qu'il dénonce… A la mise en scène, Jean-Philippe Evariste et Philippe Ivancic ne savent que trop bien qu'on a souvent tort de chercher midi à quatorze heures. Ils font donc le pari de cette même simplicité, effaçant tout effet superflu et privilégiant la sincérité. Cela fonctionne parfaitement, c'est du bien bel ouvrage. Le spectateur saute à pieds joints dans la flaque des sentiments qui se déverse sur scène. Les dix comédiens sont irréprochables. On sait combien il est difficile de camper Lennie, sans tomber dans la caricature. Philippe Ivancic livre une prestation d'une pure justesse, sachant éviter l'écueil d'un pathos trop appuyé. Jean-Philippe Evariste est un George des plus touchants, voire même déchirant, quand il doit se résoudre à l'impensable. Le reste de l'équipe est au diapason, et on applaudira un peu plus fort Jacques Herlin, émouvant au possible dans le rôle du vieux Candy. On vous recommande vraiment cette poignante et bouleversante histoire marquée du sceau du tragique puisqu'on sort immanquablement le cœur pincé !