Actualités
mardi 20 août 2019
Escalader le Pavillon de l’Arsenal
 
Actualités
lundi 19 août 2019
Les sports sur sable s’installent à Pantin avec la Sand Fabrik
 
Actualités
lundi 19 août 2019
Un opéra en plein air dans la cour des Invalides pour démarrer la rentrée en mode lyrique
 
Walt Disney
Biographie
Nationalité
Américain
Date de Naissance
5 Décembre 1901
Mythe vivant, il échappe tant à la biographie qu'à la nécrologie, qu'aux
clichés : ce « doux poète de l'enfance » était en fait un redoutable
magnat, le Henry Ford de l'animation, et doit être étudié comme une
institution, un État dans l'État, au carrefour de Citizen Kane et de la
General Motors. Plus de quinze ans après sa mort, on est tenu de parler
de lui comme d'un vivant puisque des films sortent encore, qui portent
son nom, et que des procès se font sur ce nom qui fonctionne comme un
modèle déposé. Ses héritiers ou ses dauphins continuent sans lui ce qui
sera pourtant considéré comme son uvre, et ses visions de Disneyworld et
Disneyland fonctionnent sur leur lancée, véritables sépulcres de
rentabilité. Peut-on en dire autant de Perrault, Grimm, Kipling ou
Carroll, qu'il a parasités, et qui souvent se perpétuent en lui ? En
sorte que cet immortel de 65 ans dont le présent s'éternise et pose
toujours problème est à la fois un personnage borgésien, une fable, un
manuel de réussite et un symbole capitaliste désarmant.Ce forain
inexorable et sans limites, le plus grand amuseur public de toute
l'Histoire, ne peut être raconté qu'en zigzags et en paradoxes, opposant
légende et réalité. Légende, le souriceau grignotant dans un coin de son
studio de Kansas City, qui lui aurait inspiré en 1928 son animal fétiche
Mickey Mouse. La vérité, c'est qu'il inventa le personnage dans un
train, dans l'énergie du désespoir que lui causait l'échec d'une série
de cartoons sur Oswald le Lapin. Cette souris a accouché d'une montagne,
puis d'un empire. Légende, sa tyrannie de patron, qui causa la fameuse
grève de 1941 et lan¿ca dans le monde des armées de disciples
dissidents. Il mangeait comme ses employés au self-service du studio
après avoir fait la queue, et il épousa sa secrétaire. Mais ses employés
devaient l'appeler Walt ou prendre la porte. Lorsqu'il se rendait au
studio, un mot de passe, emprunté à Bambi : « Un être humain a pénétré
dans la forêt ! » alertait ses animateurs. Ce perfectionniste fit
refaire 175 fois Pinocchio et passait en pleine nuit vérifier les
planches de croquis de ses collaborateurs.Légende aussi, son image de
pionnier : il n'a inventé ni le dessin animé, ni le son, ni la couleur,
mais il les a poussés à un degré inouï de perfection, récoltant 29
Oscars et s'identifiant tellement au genre qu'on décrit les héros de
cartoons comme des « petits mickeys », même s'il s'agit de Popeye ou
Bugs Bunny.Après des études à la McKinley High School de Chicago, il
devient dessinateur publicitaire à Kansas City ; il y ouvre des studios
d'animation, les United Films, avec Hugh et Fred Harman, Rudolf Ising et
surtout Ub Iwerks pour développer les Laugh-o-Grams, dont les premiers
sont les Quatre Musiciens de Brême et Cendrillon. Puis, en 1923, il
vient rejoindre à Los Angeles son frère Roy pour fonder les Hollywood
Walt Disney Studios, qui créent une série nommée les « Alice Cartoons »,
mêlant l'animation et le tournage direct. En 1926, il crée son fameux
style en O pour développer à Columbia son Oswald le Joyeux Lapin (Oswald
the Rabbit), qui est d'abord un immense succès mais qu'il devra ensuite
abandonner à Charles Mintz. Il avait entre-temps développé une technique
toute neuve, celle de l'in-between, c'est-à-dire le principe de
l'intervallisme, qu'il appliqua à sa nouvelle création, une souris
appelée Mortimer, laquelle devint très vite Mickey Mouse. Cette
dernière, dès ses premières apparitions, dans Plane Crazy (1928) puis
Gallopin Gaucho (id.), inspiré par Charles Lindbergh et Douglas
Fairbanks, devint une véritable idole nationale, surtout après que
l'adjonction du son au film Steamboat Willie (id.) eut ébloui les
foules. Walter Elias fonde alors les Walt Disney Productions,
distribuées par United Artists, et donne sa voix à Mickey Mouse, qui
devient son porte-parole (bien que son animation doive beaucoup dès 1935
au spécialiste Fred Moore). Peu à peu, l'écurie Disney s'augmentera du
chien Pluto, animé par Norman Ferguson, du canard Donald, animé par Dick
Lundy (voix de Clarence Nash), et du chien Goofy, animé par Art
Babbitt.À partir de 1929, Disney voua toutes ses recherches à une série
de courts métrages musicaux, les Silly Symphonies dont Carl Stallings
supervisait l'élément musical. C'est pour cette série inaugurée par la
Danse macabre (Skeleton Dance, 1929) qu'il aborde en 1932 le
Technicolor, pour le court métrage Flowers and Trees, délibérément
anthropomorphique, qu'il recrute des équipes d'animateurs et de
scénaristes, qu'il met au point la technique (révolutionnaire celle-là)
du storyboard (planche à dessins), qu'il crée des classes d'art pour les
animateurs à l'Institut Chouinard, enfin qu'il invente la caméra
multiplane, donnant un effet de relief, dans le film le Vieux Moulin
(The Old Mill) en 1937. De ces différentes innovations naît un style
nouveau, et surtout un degré qualitatif insurpassé de l'animation. Les
studios Walt Disney ont été en une décennie une pépinière d'animateurs,
qui, même dissidents, comme le devinrent par la suite Chuck Jones, Friz
Freleng, Art Babbitt, John Hubley, etc., furent marqués par le père et
gardèrent un niveau élevé d'ambition professionnelle.Quand les studios
Disney abordent enfin le long métrage avec Blanche-Neige et les sept
nains (1938), c'est pour une accumulation de tous les perfectionnements
déjà glanés que travaillent des équipes accomplies. Sous la direction de
Grim Natwick, l'animateur Shamus Culhane a travaillé pendant six mois
sur la manière de marcher des sept nains (une minute de film),
promouvant un standard bafoué depuis par les tenants de l'animation
simplifiée et auquel on revient aujourd'hui. Dans les sept bobines de
dessin animé Technicolor de Blanche-Neige repose le testament définitif
de Walt Disney, dont la carrière demeurera tout à fait exemplaire
jusqu'à la guerre, ce test crucial. En effet, on peut louer sans
réserves Pinocchio (1940), sommet de dramaturgie et d'invention, et
surtout, de la même année, Fantasia, né de la coûteuse extension d'un
court métrage de Mickey sur l'Apprenti sorcier de Paul Dukas tourné avec
la collaboration de Léopold Stokowsky. Ce film, devenu par l'ambition de
Walt Disney un long métrage musical classique consacré à des uvres de
Beethoven, Bach, Tchaïkowski, Moussorgski, Schubert et Stravinski,
représente un effort intellectuel notable, même s'il enregistre un
amoindrissement des collaborations prestigieuses (dont celle de
Fischinger) dont s'assura Disney. Le film malheureusement fut à l'époque
un échec financier total, qui contraignit subitement Disney à des
compromis commerciaux notables. L'effort de guerre avait conduit le
studio à produire d'excellents courts métrages de propagande et un long
métrage coûteux sur l'histoire de l'aviation (Victory Through Air Power,
1943), qui furent le chant du cygne d'un magnat subitement contesté. Sur
le plan syndical, Disney était autoritaire et peu patient : une grève
éclair paralysa Burbank devenue une usine comme les autres, et dont 500
animateurs (parmi lesquels Steven Bosustow, Bill Hurtz, John Hubley,
Bill Tytla) s'exilèrent pour fonder un groupe rival, la UPA.Après cette
ponction de talents incontestables, il y a beaucoup à redire de la
production qui suit : si Dumbo fait preuve de fraîcheur et Bambi,
triomphe du réalisme imposé par la multiplane, représente assez bien
aujourd'hui un point de non-retour dans l'animation illustrative, issue
des salles de classe de Disney , si les Secrets de Walt Disney contient
une tentative intéressante de retour au storyboard, on peut trouver
hybrides, inégaux, criards ces pots-pourris musicaux que sont Make Mine
Music, Fun and Fancy Free, Melody Time, et calamiteux ces mélanges
d'animation directe et dessinée que furent les Trois Caballeros, Saludos
amigos, rappels ratés des Alice Cartoons de 1923. Mais, surtout, on est
en droit de contester les adaptations hâtives, vulgaires et en totale
déperdition sur les originaux qu'il fit de certaines uvres immortelles
de la littérature : la pâle Cendrillon de 1950 ; l'approximatif Peter
Pan ; la médiocre Alice aux pays des merveilles, blasphématoire
appauvrissement de Lewis Carroll et de Tenniel, tout comme le Vent dans
les saules l'est de Kenneth Grahame et de Ernest Shepard.Cette soudaine
chute d'ambitions ou de pouvoir créateur correspondant à un désir de
retrouver son public (on connaît le mot fameux de Disney : « Assez de
caviar, je vais leur donner de la purée et du jus de viande ! »)
n'empêche pas Disney de diversifier toutes ses activités de producteur :
il lance une série prisée de documentaires sur la vie des animaux, la
série C'est la vie (dont le Désert vivant). Il produit des films
historiques et d'aventures non dessinés : l'Île au trésor, Vingt Mille
Lieues sous les mers, Rob Roy, Davy Crockett, les Robinsons des mers du
Sud, qu'il confie à des metteurs en scène très estimables. Mais surtout
il crée en 1955, à Anaheim, le fameux parc d'attractions de Disneyland,
qui recrée, en manière de lunapark entièrement commercialisé,
différentes ambiances tirées de ses films et que ses services techniques
ont sans cesse renouvelé jusqu'à l'inauguration en Floride de son encore
plus vaste Disneyworld, en 1971. Autre réussite : la comédie musicale
Mary Poppins en 1964.Dans ses dernières années, Walt Disney a su
rattraper sur sa lancée ses exigences passées en ayant l'intelligence de
passer la main à de nouveaux superviseurs comme Wolfgang Reitherman qui
collabora aux Cent Un Dalmatiens, à Merlin l'enchanteur et signa en 1967
le Livre de la jungle. Soudain réévalué, le style Disney continue à
mériter l'admiration des animateurs et des spécialistes. Il a fallu
finalement que Disney retrouve sur le tard sa véritable vocation, celle
d'organisateur et de maître d'uvre, et qu'il consente à déléguer
davantage sa confiance à des réalisateurs plus sensibles au
renouvellement du goût collectif pour que se réaffirment son originalité
fondamentale et son génie unique.De nos jours, l'empire Walt Disney
délégué après sa mort relativement prématurée en 1966 à son frère Roy,
tout premier compagnon de son aventure, puis à l'un de ses neveux et à
toute une armée d'hommes d'affaires gère l'héritage et monnaye l'acquis
tous les sept ans, on réédite l'opus devenu uniformément rentable ; même Fantasia, jadis déficitaire, a fini par devenir un classique admiré. L'après-Disney, c'est encore Disney, et même les producteurs rivaux comme l'Anglais Richard Williams engagent les anciens animateurs de l'oncle Walt pour retrouver tout le fini de l'animation du cru antique, devenue encore plus précieuse depuis l'invasion à la télévision des séries stéréotypées venues du Japon (et d'ailleurs) affadir la plastique de l'image par image. À la longue, et malgré ses périodes de moindre inspiration, Disney s'affirme comme un créateur irrempla¿cable, un géant incontesté de l'art cinématographique tout entier.