Diaporama
vendredi 14 décembre 2018
La plus grande collection privée d’Europe sur Star Wars s’expose à Paris
 
Actualités
vendredi 14 décembre 2018
Rencontre solaire avec Catastrophe
 
Actualités
jeudi 13 décembre 2018
Le DOC Ciné Club programme La Commune de Peter Watkins, film rare et brillant
 
Pina BAUSCH
Biographie
Nationalité
Allemande
Date de Naissance
27 Juillet 1940

te3eFille d’August Bausch et Anita Bausch, Pina Bausch est née à Solingen, ville du centre-ouest de l’Allemagne, où ses parents travaillent dans le domaine de l’hôtellerie, le 27 juillet 1940. Dès son plus jeune âge, elle développe un intérêt particulier pour la danse. C’est à l’âge de quatorze ans, cependant, que Pina Bausch débute sa formation, sous la houlette du célèbre chorégraphe Kurt Jooss, en intégrant la Folkwang-Hochschule d’Essen.

Après avoir décroché avec distinction son diplôme en 1958, elle obtient une bourse et part, une année plus tard, continuer ses études aux Etats-Unis, à la Juilliard School of Dance. Parmi ses professeurs elle reçoit l’enseignement de plusieurs chorégraphes comme Antony Tudor, Alfredo Corvino ou encore José Limon. En même temps, elle travaille comme soliste pour de nombreux chorégraphes, notamment Paul Taylor et Antony Tudor. Elle va, par la suite, parfaire sa formation au sein de la Dance Company de Paul Sanasardo et Donya Feuer avant d’être engagée, en 1961, par le Metropolitan Opera de New York, puis par le New American Ballet.

En 1962, Pina Bausch retourne en Allemagne. Elle entre au Folkwang-Ballett et travaille, en tant qu’assistante chorégraphe, aux côtés de Kurt Jooss. Cinq ans après, elle s’associe au danseur et chorégraphe Jean Cébron dont elle a fait la connaissance au Folkwang-Ballett. En 1968, elle devient chorégraphe et donne un de ses premiers spectacles au Festival de Salzbourg. Dans son répertoire, on trouve alors des œuvres telles que Fragmente, Fairy Queen ou encore Im Wind der Zeit. De 1971 à 1973 et de 1983 à 1989, elle est aux commandes du département de la danse de la Folkwang Hochschule d’Essen.

En 1973, elle prend la direction du centre artistique Wuppertaler Bühnen, sur avis d’Arno Wüstenhöfer, son prédécesseur. Quelques temps après, l’Opéra de Wuppertal change de nom pour devenir Tanztheater Pina Bausch. Elle crée des pièces qui sont mal accueillies par la critique. Parmi ces créations, on peut citer Orphée et Eurydice(1975), Le Sacre du printemps (1975) et Les Sept Péchés capitaux des petits bourgeois (1976) joué au Festival mondial du théâtre de Nancy.

En 1976, la chorégraphe allemande change le style de son travail en s’aventurant sur des formes de danse qui sont en rupture avec celles communément admises dans le métier. Elle développe le fameux concept de danse-théâtre (Tanztheater) : ses pièces sont un mélange subtil de parole, de danse et de scénographie. Pour cette dernière, elle fait appel aux compétences de son concubin Rolf Borzik, mort en 1980, puis à celles du scénographe Peter Pabst. Les années suivantes, Pina Bausch, qui est déjà reconnue dans toute l’Allemagne, va alors enchaîner des spectacles, Viens avec moi (1977), Renate s’en va (1977), Il la prend par la main et la conduit au château, les autres suivent (1978), Kontakthof (1978), Arien (1979), La légende de la chasteté (1979),Une pièce de Pina Bausch (1980), Valses (1982) ou encore Les Œillets (1982).

Cependant, Pina Bausch doit sa renommée internationale à sa célèbre pièce intitulée le Café Müller. Créé dans le milieu de l’année 1978, ce spectacle aborde la partie de sa vie où elle travaillait dans le café de ses parents dans son Allemagne natale.

A partir de la fin des années quatre-vingts, la chorégraphe allemande voyage, avec sa compagnie, un peu partout dans le monde. Elle crée ses pièces grâce à ses collaborations avec les théâtres des pays où elle est invitée en résidence : Palermo Palermo (1989) à Palerme en Italie, Wiesenland (2000) à Budapest en Hongrie, Néfes (2003) à Istanbul en Turquie, Ten chi (2004) à Tokyo au Japon, Masurca Fogo (1998) à Lisbonne au Portugal, Le Laveur de vitres (1997) à Hong Kong, Tanzabend II (1991) à Madrid en Espagne, Viktor (1986) à Rome en Italie, O Dido à Rome, Nur du (1996) à Los Angeles aux Etats-Unis, Rought Cut (2005) à Séoul en Corée du Sud, Ein Trauerspiel (1994) à Vienne en Autriche, Agua (2001) au Brésil.

Par ailleurs, quelques œuvres cinématographiques sont consacrées à la carrière ou à la vie de la danseuse allemande parmi lesquelles le film Un jour Pina a demandé (1983) de la cinéaste Chantal Akerman ou encore Coffee with Pina réalisé par **Lee Yanor. Elle a aussi incarné une princesse aveugle dans Et vogue le navire (E la nave va, 1983) de Federico Fellini. Elle fait également une apparition dans le film Parle avec elle du réalisateur espagnol Pedro Almodovar.

Pina Bausch a obtenu le premier prix du concours chorégraphique de Cologne (1969), le Bessie Award (1984), le Prix Nijinski (2004) du meilleur chorégraphe, le Lion d’Or (2007) au festival de danse de Venise le Prix Kyoto (2008) ainsi que le Prix Goethe (2008).

A l’instar de Kurt Jooss, le travail de Pina Bausch comporte une forte dimension politique et sociale. Il s’articule autour de la stigmatisation des aspects négatifs de la société.