Actualités
vendredi 17 mai 2019
MC de la Corporète a fait son nid à la Galerie Maxime D
 
Actualités
vendredi 17 mai 2019
Dans sa première pièce, Pauline Huriet questionne l’engagement avec un sens de l’humour ravageur
 
Actualités
jeudi 16 mai 2019
FestiWall, l’événement street-art du 19ème au fil du canal
 
Mathilde Monnier
Biographie
Date de Naissance
2 Avril 1959

Formée au CNDC d'Angers, Mathilde Monnier chorégraphie en collaboration avec François Verret et Jean-François Duroure, avant de signer seule Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt (1988). De nombreuses pièces s'ensuivent, souvent marquées par la confrontation avec « l'autre » : d'autres arts (notamment avec le musicien Louis Sclavis ou, plus récemment, l'écrivain Christine Angot), d'autres cultures (Pour Antigone, en 1993, associe des danseurs burkinabés à sa compagnie), ou encore l'altérité gestuelle des autistes rencontrés lors d'ateliers en hôpital psychiatrique (L'Atelier en pièces, 1996). Ses dernières pièces continuent de faire jouer les codes du spectacle : Déroutes (2002) brouille les frontières de l'espace de représentation ; Publique (2004), sur la musique de PJ Harvey, interroge la limite entre la danse pratiquée en studio et celle qui surgit dans d'autres cadres (boîte de nuit...). En 1994, Mathilde Monnier est nommée à la tête du Centre Chorégraphique National de Montpellier. Elle en fait un lieu ouvert à d'autres chorégraphes et à des projets atypiques, comme « Potlatch, dérives » (2000), qui envisage la transmission de la danse sous forme de dons croisés, ou ex.e.r.ce, formation pour artistes chorégraphiques qui réinvente la notion de projet artistique.