Diaporama
mercredi 17 juillet 2019
Le festival Circulation(s) multiplie les regards sur la jeune photographie européenne
 
Actualités
mardi 16 juillet 2019
Mooon au Grand Palais,votre samedi soir sur la Lune
 
Actualités
lundi 15 juillet 2019
Déclaration d’amour au cirque, “5es Hurlants” éblouit la Scala
 
Jean Poiret
Biographie

Avec son complice Michel Serrault, il met au point un brillant numéro de cabaret, ce qui vaut aux deux comiques de débuter à l'écran sous les auspices de Michel Boisrond : Cette sacrée gamine (1956), mais c'est Sacha Guitry qui révèle l'étendue de leurs dons avec Assassins et Voleurs (1957). Un sourire ironique aux lèvres, une lueur amusée dans l'il, Poiret joue les sceptiques, les désinvoltes, les nonchalants aimables avec une distanciation de pince-sans-rire. Il donne du tonus à des films légers, ne néglige pas les productions de Jean-Pierre Mocky (les Vierges, 1962 ; Un drôle de paroissien, 1963 ; la Grande Frousse, 1964 ; la Bourse et la Vie, 1965 ; la Grande Lessive, 1968), conquiert les scènes du Boulevard avec des pièces comme la Cage aux folles ou Joyeuses Pâques qui deviendront des films à succès, et reparaît toujours fringant, dans un des principaux rôles du Dernier Métro (F. Truffaut, 1980) : celui de l'écrivain collaborateur. Il est dès lors très sollicité : la Septième Cible (C. Pinoteau, 1984) ; Poulet au vinaigre (C. Chabrol, 1985) ; Liberté, Égalité, Choucroute (J. Yanne, id.), Je hais les acteurs (Gérard Krawczyk, 1986). Il est l'inspecteur de police expéditif et peu conformiste de Poulet au vinaigre et Inspecteur Lavardin (C. Chabrol, 1985 et 1986), avant de retrouver Mocky dans le Miraculé (1987) et les Saisons du plaisir (1988) et de tourner dans Lacenaire (1990) de Francis Girod. Il réalise en 1992 son unique film : le Zèbre.

Retrouvez Jean Poiret dans