Actualités
mardi 20 août 2019
Le Festival itinérant des Arènes de Montmartre fête ses 20 ans !
 
Actualités
mardi 20 août 2019
Escalader le Pavillon de l’Arsenal
 
Actualités
lundi 19 août 2019
Les sports sur sable s’installent à Pantin avec la Sand Fabrik
 
Jacques Rivette
Biographie
Nationalité
Français
Date de Naissance
1 Mars 1928
Dès son arrivée à Paris, en 1949, il fréquente la Cinémathèque
française. Il y fait la connaissance de Truffaut, Godard et Rohmer avec
lesquels il fonde, en 1950, la Gazette du cinéma, une revue qui ne
dépasse pas le cinquième numéro. Rivette commence sa carrière de
critique aux Cahiers du cinéma en 1953 et, de 1963 à 1965, en assume la
rédaction en chef. Il collabore aussi au périodique Arts et défend la
conception de la mise en scène chez Stroheim, Rossellini, Murnau et
Lang. Il est également assistant de Becker et Renoir (auquel il
consacre, en 1966, trois émissions de la série « Cinéastes de notre
temps », sous le titre : Jean Renoir, le patron). Après quelques essais
de débutant (Aux quatre coins et le Quadrille en 1950, le Divertissement
en 1952), il réalise en 1956 le Coup du berger, le court métrage qui le
fait remarquer, sur un scénario de Claude Chabrol et Charles
Bitsch.Rivette commence en 1958 le tournage de son premier long métrage,
Paris nous appartient (1961). Dès ses débuts, on considère l'auteur
comme un des chefs de file de la Nouvelle Vague. Classification hâtive
au demeurant car son uvre est irréductible à celle de ses collègues qui,
pour la plupart, abandonnent, dès le milieu des années 60, toute forme
de recherche. Paris nous appartient contient déjà les principales
données que Rivette développe dans ses travaux ultérieurs : le thème du
complot qui permet l'utilisation de structures narratives souples, les
répétitions théâtrales envisagées comme métaphores de la création
artistique en général, le mélange de l'improvisation et de la mise en
scène, de la fiction et de séquences documentaires. De cette fiction à
tiroirs qui retravaille, à chaque séquence, ses enjeux naît un film
nocturne, un des plus beaux poèmes dédiés à la capitale. Puis Rivette
met en images la Religieuse (1966), d'après le roman de Diderot. Il y
fait preuve d'une écriture épurée qui annonce un peu la démarche d'un
Manoel de Oliveira (Amour de perdition, 1978). La censure française
interdit l'uvre provisoirement.Dans ses deux films suivants, l'Amour fou
(1967-68) et Out One qui existe en deux versions, Out One : Noli me
tangere, d'une durée de 12 h 40, présenté une unique fois en octobre
1971 à la Maison de la culture du Havre en copie de travail, et Out One
Spectre, réduit à 4 h 15 et exploité en salles en 1974 , Rivette pousse à l'extrême ses recherches sur l'expression, l'improvisation, le mélange document brut et fiction. Le thème du complot, dans Out One, lointainement inspiré de l'Histoire des treize de Balzac, autorise une bonne radiographie du Paris de l'immédiat après-68. Avec Céline et Julie vont en bateau (1974), Jacques Rivette s'oriente vers un cinéma plus ouvertement fantastique, dans lequel les références au réel s'estompent au profit d'un imaginaire tout-puissant. En 1975, le réalisateur a en projet les Filles du feu ou Scènes de la vie parallèle, une série de quatre films. En fait, l'auteur ne concrétise que le deuxième (Duelle, 1976) et le troisième épisode (Noroît, 1975-1977) de cette tétralogie. Dans la filiation de Céline et Julie vont en bateau, Rivette entend travailler la notion de dualité, l'effet de miroir, les liens naissant entre deux femmes.Devant l'impossibilité de réaliser cette uvre-fleuve, le cinéaste revient, avec Merry-Go-Round (1977-78), au thème du complot avec chassés-croisés divers. La veine semble toutefois épuisée et le film n'est pas convaincant. Nous notons, dans le Pont du Nord (1980-81), le retour à un certain réalisme dans la facture qui lorgne un peu du côté de Paris nous appartient. Après le court métrage Paris s'en va (1982), l'Amour par terre (1984) marque, chez Rivette, un désir d'épuration. Le plaisir du jeu et la complicité entre acteurs et metteur en scène rendent cette entreprise fascinante et d'un abord aisé. En 1985, il signe un Hurlevent d'après le roman d'Emily Brontë mais que l'on ne saurait comparer aux adaptations de Wyler ou de Buñuel, tant le parti pris de non-romantisme