Actualités
vendredi 16 août 2019
Les brunchs au fil de l’eau de l’Été du Canal
 
Actualités
mercredi 14 août 2019
L’été s’installe au jardin du Musée du Quai Branly
 
Actualités
vendredi 09 août 2019
Les fantasmagories marionnettiques de Demian Majcen se glissent dans les salons du Musée Jean-Jacques Henner
 
Harold PINTER
Biographie

Harold Pinter est un dramaturge anglais, lauréat du prix Nobel de littérature en 2005. Il naît à Londres en 1930, de parents juifs modestes. Il grandit dans l'East End, quartier industriel et populaire, et garde de cette époque le souvenir de la puanteur des usines et du climat social délétère. Ses parents déménagent en 1940, pour échapper aux bombardements allemands sur Londres. Après la guerre, il refuse à 18 ans de faire son service militaire. Profondément marqué par le génocide juif et conscient de l'horreur des combats, il refuse de cautionner le réarmement. Il se lance dans des études d'art dramatique et est un temps acteur, sous le nom de David Barton. Il se tourne rapidement vers l'écriture, publie des recueils de poèmes et un premier roman, Les Nains, en 1952.

Sa première pièce, The Room, est présentée en 1957, mais la seconde est retirée de l'affiche au bout d'une semaine. A la fin des années 1950, ce sont surtout ses oeuvres radiophoniques qui sont appréciées. Il rencontre le succès avec trois pièces entre 1960 et 1963, puis The Homecoming en 1965, qu'il adapte pour le cinéma l'année suivante. En 1966 également, cette pièce est mise en scène à Paris, avec entre autres Claude Rich et Pierre Brasseur. Après avoir touché au scénario pour The Servant en 1962, il y consacre la fin de la décennie, travaillant avec Joseph Losey sur les films Accident et Le Messager. Puis il fait un retour à la mise en scène au début des années 70 et devient directeur associé du National Theater en 1973. Dès lors, il est partout : au cinéma pour lequel il adapte A la recherche du temps perdu et La Femme du lieutenant français, à la radio, à la télévision, au théâtre avec l'écriture de nombreuses pièces. A partir de cette époque, il commence aussi à afficher ses convictions politiques. Les titres de ses pièces en témoignent : No Man's Land en 1975, Moutain Language en 1985, inspirée par sa prise de conscience de la répression de la langue kurde, ou encore New World Order en 1991. Ces pièces sont plus courtes que ses premières oeuvres et sont souvent axées sur l'oppression, cachée sous l'absurde et le quotidien. Qualifiées de « théâtre de la menace », elles jouent sur la tension entre angoisse et burlesque, avec des personnages seuls et victimes de la violence du monde extérieur.

Depuis le début des années 1980, sa production artistique est indissociable de ses prises de position. Ces dernières années, il publie des textes de diverses natures. De la pièce Celebration au recueil War, tous dénoncent les guerres, et particulièrement celles de l'Amérique. Après s'être publiquement opposé aux opérations militaires au Kosovo, en Afghanistan, en Irak, et avoir dénoncé l'embargo sur Cuba, il décide en 2005 d'arrêter sa carrière artistique pour se consacrer à la politique. Son parcours est jalonné de récompenses : commandeur de l'Ordre de l'empire britannique en 1996, membre des Compagnons de l'honneur en 2002 après avoir refusé le titre de chevalier, lauréat du Laurence Oliver Award et d'un Molière pour l'ensemble de son oeuvre. Engagé au sein du parti Respect, Harold Pinter reçoit en 2005 la distinction suprême, le Nobel de littérature. Son cancer l'empêche de se déplacer pour la remise des prix, mais le communiqué qu'il transmet montre la portée politique de cette attribution. Autant metteur en scène que politicien, il y déclare notamment que les Etats-Unis ont « exercé une manipulation très clinique du pouvoir dans le monde entier, tout en se faisant passer pour une force prônant le bien universel. C'est un geste d'hypnotisme brillant, voire plein d'esprit, et très réussi. »

Harold Pinter est mort au soir du 24 décembre 2008, à l'âge de 78 ans, au terme d'un long combat contre le cancer. Le monde du théâtre, en deuil, s'est alors mobilisé pour saluer l'oeuvre d'un dramaturge de génie.

Retrouvez Harold PINTER dans