Actualités
vendredi 16 août 2019
Les brunchs au fil de l’eau de l’Été du Canal
 
Actualités
mercredi 14 août 2019
L’été s’installe au jardin du Musée du Quai Branly
 
Actualités
vendredi 09 août 2019
Les fantasmagories marionnettiques de Demian Majcen se glissent dans les salons du Musée Jean-Jacques Henner
 
Eugène Labiche
Biographie
Nationalité
Français
Date de Naissance
6 Mai 1815

Eugène Labiche est un dramaturge et romancier français du XIXe siècle. Il est né le 6 mai 1815 à Paris, au sein d’une famille bourgeoise. Fils d’un riche entrepreneur, il passe une enfance tranquille. Inscrit au collège Bourbon (l’actuel lycée Condorcet), Eugène Labiche n'a aucune peine à décrocher son Baccalauréat littéraire en 1833.

L’année qui suit, il se rend en Italie avec Alphonse Jolly et plusieurs autres amis. Le groupe y passe plus de six mois. Ce séjour terminé, Eugène Labiche entre à l’université et obtient une licence de droit. Parallèlement à ses études, il assouvit sa passion de l’écriture en rédigeant des nouvelles.

Il s’associe ensuite avec deux de ses camarades, Auguste Lefranc (1814-1878) et le Marseillais Marc-Michel (1812-1868), pour donner naissance au collectif Paul Dandré, un surnom qu’ils utilisent pour signer leurs œuvres communes.

Eugène Labiche et ses compères commencent par écrire et faire jouer des tragédies, mais ils s’aperçoivent rapidement que c’est la comédie qui recueille le plus d’enthousiasme. Ils s’orientent alors vers le vaudeville, la pochade et les opéras-comiques.

L’auteur dramatique parisien est à l’origine de cent soixante-quatorze pièces comiques au total, la grande majorité ayant résulté d’une collaboration avec l’un ou ses deux autres camarades. Parmi ces derniers, on retrouve des auteurs aussi célèbres qu’Emile Augier (1820-1889), Ernest Legouvé (1807-1903), ou encore Auguste Anicet-Bourgeois (1806-1870).

En 1837, Eugène Labiche dévoile son premier spectacle sous le titre La Cuvette d’eau. Ses débuts sont prometteurs, mais il se montre peu productif pendant les dix premières années de sa carrière.

Il fête son mariage avec Adèle Hubert le 25 avril 1842. Six années plus tard, il signe une création en solitaire, la première d’une courte série de quatre pièces, un vaudeville intitulé Un jeune homme pressé. Ce dernier raconte l’histoire d’un habile commerçant qui, en raison de son impatience, se trompe sur l’identité d’une femme dont il est tombé amoureux quelques heures auparavant. Sa hâte le conduit à demander la main d’une autre demoiselle qui s’avère être moins belle. Pour couronner le tout, cette dernière a été promise par son père à un autre prétendant. Un jeune homme pressé est donné le 4 mars 1848 au Théâtre du Palais-Royal, à Paris.

À partir de cette date, Eugène Labiche accélère sa production dramatique, créant seul ou en collaboration près d’une dizaine de pièces par an.

Le 10 mai 1850, et toujours sur la scène du Palais-Royal, il fait représenter son deuxième spectacle personnel, Un garçon de chez Véry. Il s’agit d’une pièce comique ne comportant qu’un seul acte.

Eugène Labiche s’associe par la suite à Marc-Michel pour écrire la comédie en cinq actes Un chapeau de paille d’Italie, le récit rocambolesque d’un homme, Fadinard, qui s’apprête à se marier dans la journée et qui se retrouve à supporter la désagréable compagnie d’une femme mariée particulièrement envahissante. Celle-ci tient à s’assurer que le malheureux lui fournisse un chapeau de paille analogue à celui qu’elle possédait et que le cheval de Fadinard avait englouti. La première représentation de la pièce est donnée le 14 août 1851.

Deux années plus tard, Eugène Labiche acquiert le château de Launoy, une grande propriété de neuf cents hectares dans le Loir-et-Cher. Le 12 mars 1856, son épouse donne naissance à leur unique enfant.

Se consacrant désormais à sa vie de famille, ses voyages et ses terres, le dramaturge se montre moins prolifique au théâtre à partir des années 1860. Mais ses pièces continuent d’amuser un public de plus en plus nombreux, friand de la satire caricaturant la petite bourgeoisie vaniteuse qu’elles véhiculent. Le succès que connaît la comédie Le Voyage de Monsieur Perrichon, imaginée avec Edouard Martin, vient confirmer cela. Découverte le 10 septembre 1860 au théâtre du Gymnase à Paris, elle présente une lutte acharnée qui oppose deux candidats convoitant la même femme. Les deux aspirants rivalisent de flatteries, de lâcheté et de ruses pour s’attirer les faveurs du père de la jeune dame.

Eugène Labiche et Alfred Delacour présentent leur comédie vaudeville La Cagnotte le 22 février 1864 sur les planches du Théâtre du Palais-Royal.

C’est à cette époque que l’auteur dramatique connaît ses plus grands instants de gloire. Des comédies telles que Le Point de mire, La Grammaire et Le Choix d’un gendre viennent asseoir sa notoriété.

L’année de son élection à la tête de la mairie de Souvigny en Auvergne, Eugène Labiche signe sa troisième réalisation à titre personnel le 1er décembre 1868, une pochade baptisée Le Petit Voyage et dévoilée au Théâtre du Vaudeville.

Avec Edmond Gondinet, il écrit et fait jouer Le Plus Heureux des trois le 11 janvier 1870 au Palais-Royal. Dans cette comédie en trois actes, Marjavel, son ami et son oncle entretiennent des liaisons croisées avec des femmes qui ont eu ou ont encore des liens avec les trois hommes. Seulement, ces derniers ignorent tout du petit manège et chacun veut à tout prix cacher son secret aux deux autres.

Après les comédies Doit-on le dire ? (avec Alfred Duru) et 29 degrés à l’ombre (écrite en solitaire), Eugène Labiche signe un dernier spectacle, La Clé (1877), dont le succès mitigé le pousse à mettre un terme à sa carrière d’auteur. L’année suivante, il publie son Théâtre complet constitué de dix volumes, confirmant sa décision d’abandonner l’écriture.

Le 28 février 1880, il est élu à l’Académie Française (fauteuil 15), et succède ainsi à Ustazade Silvestre de Sacy. Deux années plus tard, son fils unique se marie, mais l’épouse de ce dernier rend l’âme en 1885.

Le 22 janvier 1888, Eugène Labiche s’éteint chez lui, dans le neuvième arrondissement de Paris.