Actualités
vendredi 14 décembre 2018
Rencontre solaire avec Catastrophe
 
Actualités
jeudi 13 décembre 2018
Le DOC Ciné Club programme La Commune de Peter Watkins, film rare et brillant
 
Actualités
jeudi 13 décembre 2018
Le Winter Camp Festival vous réchauffe jusqu’au bout des oreilles
 
Bernard-Marie Koltès
Biographie
Nationalité
Française
Date de Naissance
9 Avril 1948

Auteur dramatique français, Bernard-Marie Koltès est né à Metz dans une famille bourgeoise catholique. Fils d’un officier (parti combattre en Algérie), il fait ses études secondaires en tant que pensionnaire au collège jésuite de Saint Clément. Dans le même temps, il s’initie à la musique en apprenant à jouer du clavecin, du piano et de l’orgue. Après son premier voyage à New York en 1968, il déménage à Strasbourg, où il assiste, en 1969, à la prestation de Maria Casarès dans Médée de Sénèque, dans une mise en scène de Jorge Lavelli. Impressionné par le spectacle, Bernard-Marie Koltès décide d’entrer à l’école du Théâtre National de Strasbourg, dirigé à l’époque par Hubert Gignoux. Puis, il se consacre à l’écriture et à la mise en scène théâtrale.

En 1970, il fonde sa propre compagnie Le Théâtre du Quai, pour laquelle il écrit et monte Les Amertumes (1970) d’après Enfance de Maxime Gorki, La Marche (1970) d’après Le Cantique des cantiques, Procès ivre (1971) d’après Crime et châtiment de Dostoïevski, L’Héritage (1972), et Récits morts. Un rêve égaré (1973).

Son séjour en Russie, en 1973, le conduit à adhérer au Parti Communiste Français l’année suivante. Mais, il n’y restera que jusqu’en 1979. Parallèlement à ses engagements politiques, il poursuit son activité de dramaturge. En 1974, il écrit La Fuite à Cheval très loin dans la Ville, Des voix sourdes et Le Jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet.

L’année 1977 marque l’ascension de la carrière de l’auteur dramatique français. Au cours de cette année, il crée et met en scène La Nuit juste avant les Forêts au Festival Off d’Avignon. La pièce sera ensuite montée au CDN de Lille par Moni Grégo, et un peu partout en Europe. Il écrit aussi Sallinger, dans une mise en scène de Bruno Boëglin. Toutefois, il ne veut plus voir monter ses premières œuvres, qu’il déteste et renie.

En 1978, il part en Amérique centrale (Nicaragua, Salvador et Guatemala). L’année suivante, il crée Combat de Nègres et de Chiens. Cette pièce, qui aborde la domination de la culture occidentale sur les africains, est inspirée de son voyage en Côte d’Ivoire et au Mali.

Il écrit, deux ans plus tard, Quai Ouest, sur une commande de la Comédie Française.

En 1983, Patrice Chéreau, qu’il rencontre quatre ans plus tôt, devient le metteur en scène principal de ses pièces. Ce dernier signe d’abord Combat de nègres et de chiens, joué par Philippe Léotard et Michel Piccoli. Chéreau enchaîne par la suite avec Quai Ouest (1985) avec Maria Casarès, Jean-Marc Thibault et Jean-Paul Roussillon, Dans la Solitude des Champs de Coton (1987), interprété par Laurent Malet et Isaach De Bankolé. Toutes ces pièces, jouées dans toute l’Europe, remportent un immense succès. La plupart des créations des textes de Bernard-Marie Koltès par Patrice Chéreau sont réalisées au Théâtre Nanterre-Amandiers.

En 1988, il traduit le Conte d’hiver de Shakespeare, puis écrit Le Retour au désert qui est rapidement monté par Patrice Chéreau au Théâtre du Rond-Point à Paris. Jouée par Michel Piccoli et Jacqueline Maillan, cette pièce est un triomphe.

La même année, il termine la rédaction de sa dernière pièce Roberto Zucco. Elle sera mise en scène en 1990 par Peter Stein à la Schaubühne de Berlin, et en 1991 par Bruno Boëglin au Théâtre national populaire de Villeurbanne, en France.

Il meurt du SIDA en 1989 à l’hôpital Laennec, à Paris.

Bernard-Marie Koltès est considéré comme l’un des auteurs dramatiques français les plus joués de par le monde, ses textes étant traduits dans pas moins de trente langues. Son travail, centré sur les raisons ou les motivations des rencontres et des relations entre les hommes, rompt avec le théâtre de l’absurde.

En 2007, il fait son entrée à titre posthume au répertoire de la Comédie Française avec Retour au désert, mis en scène par Muriel Mayette.